"La lecture est une amitié" - Marcel Proust

Mercredi 28 mars 2018 [15:23]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/5107zWsuzPL.jpg








Titre
: Ne pars pas sans moi
Auteur: Gilly Macmillan
Genre: Thriller









Quatrième de couverture: Bristol, par un beau dimanche d'automne. 
Rachel et Ben, son petit garçon de 8 ans, se promènent en forêt. Débordant d'énergie, Ben demande à sa mère l'autorisation de courir quelques mètres devant. Rachel accepte sans se méfier. Au bout du chemin, l'angoisse la saisit : Ben a disparu. La police fait des recherches, mais en vain. L'affaire s'emballe et les médias s'en mêlent. Le rôle d'une mère n'est-il pas de protéger son enfant ? Rongée par le doute, assaillie par la violence de ceux qui la croient coupable, Rachel ne sais plus quoi faire. Attendre que les forces de l'ordre lui ramènent son fils ou suivre son instinct de mère et partir d'elle-même à sa recherche ? 
 
Mon avis: "Petit" thriller de 600 pages, lu en une journée de repos. De quoi être en immersion totale !

Une mère et son fils en balade puis une seconde d'inattention et c'est le drame. Ben disparaît derrière l'allée de la forêt. Alors que les médias croit la mère coupable, partagée entre la descente aux enfers et le courage de retrouver son fils, c'est la bataille de la vie qui s'engage.

J'ai lu ce livre à une vitesse vertigineuse, pourtant il ne se passe pas grand chose dans la première moitié. J'ai d'ailleurs légèrement paniqué parce que j'avais l'impression qu'on perdait un temps précieux à retrouver ce gosse en vie.
Mais l'auteure l'a joué fine. Elle met en place le scénario, elle dresse le portrait d'une mère désespérée et commence déjà à insinuer le doute en nous.
Qui a enlevé Ben et surtout, pourquoi ?

L'histoire dure sur 7 jours. 7 jours durant lesquels tout le monde est en apnée, hors d'haleine. Le temps nous est compté et chaque détail compte. Tout le monde devient suspect et l'alliance entre la famille et la police s'affine. On part sur plusieurs pistes, de quoi nous remettre sans cesse en question et nous détourner de la vraie cause.
J'ai eu de la compassion pour la mère, de la peur pour ce petit garçon que j'espérais sain et sauf.

Le récit est bien mené. Lorsque la fin arrive, on respire, on espère, on se demande pourquoi. J'avais hâte de savoir comment tout ça allait se terminer. Au moins pour pouvoir innocenter ou pas la famille.
C'est un bon thriller qui fait passer du bon temps.
 
Prochaine lectureL'hôtel des coeurs en miettes, Deborah Moggach

Mercredi 7 février 2018 [10:03]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/517SuIMGzzL.jpg









Titre
: Séquestrée
Auteur: Chevy Stevens
Genre: Thriller









Quatrième de couverture: Annie a été séquestrée.
Elle a passé douze mois d’enfer dans une cabane perdue au fond de la forêt.
Annie est libre, enfin, mais les séances chez le psychologue lui font revivre chaque minute.
Annie est sauve, le plus dur est derrière elle.
Du moins le croit-elle...
 
Mon avis: Deuxième roman lu de Chevy Stevens. C'était ma foi fort sympathique. Mieux que le premier.

Alors qu'elle faisait visiter une maison, Annie est enlevée. Elle passera un an enfermée dans une cabane isolée au milieu de nulle part. Mais alors qu'elle croit s'en être sortie, elle est loin d'imaginer tout ce qui l'attend.

Le récit se présente sous la forme d'un long monologue avec la psy d'Annie, au fil de ses séances. Dans un premier temps elle raconte l'enfer à peine croyable qu'elle a vécu pendant sa séquestration. Son histoire est effroyable et on a peine à croire qu'elle ait tenue le coup psychologiquement. C'est assez lourd et le lecteur est largement tenu en haleine, suspendu aux faits.
Puis vient l'évasion, la reconstruction. Et notre héroïne n'est pas au bout de ses surprises. L'entourage devient source de suspicion et la psychose s'installe.

Au bout d'un moment, je me suis demandée où l'auteur voulait en venir et comment tout ça allait se terminer. La fin ne m'a transcendée mais je ne m'y attendais pas pour autant.

J'ai passé un agréable moment de lecture avec ce petit thriller qui fait froid dans le dos lorsque l'on voit jusqu'où un simple individu peut aller dans la torture physique et psychologique.
 
Prochaine lectureFolie d'une femme séduite, Susan Fromberg Schaeffer

Samedi 30 décembre 2017 [18:07]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/71qUyfkibhL.jpg








Titre
: Sans toi
Auteur: Saskia Sarginson
Genre: Drame







Quatrième de couverture: 1984, dans le Suffolk. Lorsqu'Eva, 17 ans, disparaît en mer, tout le monde est convaincu qu'elle s'est noyée. Le couple de ses parents, minés par la culpabilité et le chagrin, explose. Mais sa soeur cadette, Faith, refuse d'envisager la vie sans Eva. Elle est déterminée à la retrouver et la ramener, vivante. 
Au large des côtes se profile la silhouette d'une île - hors d'atteinte, mystérieuse et parsemée de constructions aveugles en béton. C'est dans l'une d'entre elles qu'Eva est retenue prisonnière et se bat pour survivre.
 
Mon avis: Ce livre m'a été offert par ma copine Elizewyn dans le cadre de notre swap "Livre et thé".
Malheureusement et pour la deuxième fois consécutive, la magie n'a pas opérée.

Eva, 17 ans, s'est noyée en mer avec son père. Enfin, c'est ce que tout le monde croit. Exceptée sa soeur Faith qui est persuadée qu'Eva se bat pour rester en vie de l'autre côté, sur cette île abandonnée.

Dès le début du récit, nous savons qu'Eva est en vie. Un lien très fort unit les deux soeurs puisque Faith, contre tous, est la seule à croire au sauvetage de sa soeur aînée.
Les chapitres sont courts, donnant voix aux différents personnages et à leurs actions. Malheureusement, tout ça est très décousu. On passe du présent, au passé, d'un personnage à l'autre sans qu'il n'y ait de liens logiques. Il faut parfois quelques lignes avant de savoir de qui on parle et quand. Cela aurait pu être plaisant mais c'est amené de manière maladroite.

La captivité d'Eva n'est absolument pas explorée, exploitée. On a du mal à rentrer dans sa tête, à savoir ce qu'elle ressent et comment se passe sa survie. Si bien que les liens qui l'unissent à son ravisseur sont pour ma part inexistants. Ce qui rend la fin quelque peu incompréhensible et démesurée pour le lecteur par ses choix moraux "bateaux" par rapport à l'intensité de leur relation tout au long du récit.

Il n'y a pratiquement aucun action. Tout le monde est rendu passif. Les chapitres sont interminables. On attend le déclenchement, le moment où ça y est, on va accrocher. En vain.

C'est un récit lourd par ses thèmes que l'auteur n'a pas su exploiter et approfondir pour en faire ressortir toute l'intensité et la noirceur.
 
Prochaine lecture: Angelina T2: Le temps des délivrances, Marie-Bernadette Dupuy

Lundi 23 octobre 2017 [17:39]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/71EmHjtMBmL.jpg








Titre
: Toi
Auteur: Zoran Drvenkar
Genre: Polar / Thriller










Quatrième de couverture: Imagine une tempête de neige sur l'autoroute, un bouchon de plusieurs kilomètres, aucune visibilité. Un homme sort de sa voiture et assassine froidement et méticuleusement, à mains nues, vingt-six personnes dans les véhicules alentour. C'est le début d'une série de meurtres sans mobile apparent commis par celui que la presse surnomme bientôt « le Voyageur ».
Imagine cinq adolescentes. Cinq amies – avec leurs espoirs et leurs peurs, leurs envies et leurs problèmes – que rien ne peut séparer et qui vont devoir affronter le pire. Prises en chasse par un homme à qui tu ne voudrais pas avoir affaire, elles se jettent dans une fuite en avant désespérée.
Imagine enfin un hôtel isolé en Norvège, où se déroule l’ultime confrontation dans un dénouement qui te laissera sans voix.
 
Mon avis: Lu en LC avec C'era, c'était un ascenseur émotif littéraire...

"Le Voyageur", bloqué dans une tempête de neige et qui assassine de sang froid toutes les personnes se trouvant dans les véhicules alentours.
Cinq jeunes filles inséparables qui se retrouvent mêlées à une affaire dont elles se seraient bien passé.
Des hommes qui semblent sans histoire.
Et le huit clos peut commencer...

Si le début m'a aspirée tel un gouffre sans fond avec une narration des plus originale à la deuxième personne du singulier, la suite m'a totalement larguée...

Ça commençait sur les chapeaux de roues. Une narration très particulière à la deuxième personne qui nous plonge directement et successivement dans la peau de nos personnages. Trois intrigues décousues mais qui, on le sent dès le début, ont un lien étroit. Alors on attend, on observe, tout en étant on ne peut plus impliqué. J'ai eu la chair de poule avec ce décor planté dans lequel j'avançais à reculons.
Les liens se font, tranquillement mais sûrement. Amenés de manière très subtile, comme j'aime. J'avais atteint l'apogée de ma lecture.

Puis tout d'un coup, j'ai perdu le fil. L'auteur est allé trop loin et je me suis égarée. Trop de longueurs, trop de personnages, trop de manières et de sous entendus. Je ne m'y retrouvais plus. Je me suis accrochée jusqu'au bout, pensant raccrocher les wagons et en fait non, ça n'a pas collé.
L'histoire de fond ne m'a pas emballée plus que ça alors ça n'a pas aidé à mon adhésion au récit.

Je ne lis pas un livre pour me torturer l'esprit ni pour me concentrer autant. Du coup je n'ai certainement pas compris et atteint le dénouement avec la force qu'il fallait. C'est dommage mais à trop vouloir en faire, j'ai été mis sur le banc de touche..
 
Prochaine lectureClub privé, Gil Debrisac

Lundi 25 septembre 2017 [11:01]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/81mBoWGe5wL.jpg








Titre
: La loi du silence
Auteur: Anita Terpstra
Genre: Thriller









Quatrième de couverture: Alma Meester, son mari Linc et leurs enfants Iris et Sander semblent être une famille heureuse. Tout bascule lorsque Sander, âgé de onze ans, disparaît avec un petit camarade lors d’une colonie de vacances. Le corps de ce dernier est retrouvé, mais Sander, lui, semble s’être évaporé dans la nature.
Cinq ans plus tard, un jeune homme se signale à un poste de police en Allemagne. Il affirme être Sander, le garçon disparu des années plus tôt. Fous de joie, Alma et Linc peuvent à nouveau serrer leur fils dans leurs bras. Pourtant les retrouvailles sont loin d’être parfaites, et la famille commence à douter. Sander est-il vraiment celui qu’il prétend être ? Lui qui a toujours été un garçon étrange, au comportement parfois malsain, n’est plus tout à fait le même... Pour le savoir, ils devront se replonger dans un passé qu’ils préféreraient oublier. Qu’est-il réellement arrivé pendant la colonie de vacances ?
 
Mon avis: Ce livre a été lu dans le cadre du "Défi des 4 AS". En LC avec Antreguillemets et Elizewyn.

Alma, Linc et leurs deux enfants, Sander et Iris, forment une famille parfaite. Jusqu'à ce drame d'un soir où Sander et son ami Maarten disparaissent. Le corps sans vie de ce dernier est retrouvé mais Sander reste introuvable.
Cinq ans plus tard, un homme se présente et assure être Sander. La vie des Meester peut enfin reprendre là où elle s'était arrêtée. Mais quelques incohérences viennent remettre en question la certitude sur l'identité du jeune homme. Que s'est-il réellement passé il y a cinq ans ?

Soyons honnête, j'ai passé un bon moment de lecture mais ce n'est pas LE thriller de l'année. C'est un livre qu'on lit pour lire. Tranquillement.
Il ne se passe pas grand chose dans la première partie du livre. La mise en place est assez longue. On nous livre l'évolution de l'organisation familiale après le drame. Puis on se dit que les choses sont trop belles, trop simples pour être aussi faciles. Alors on se met à psychoter. L'hypothèse que Sander ne soit pas celui qu'il prétend être semble la plus crédible. Mais si tel est le cas, qu'est-il arrivé au vrai ? Et pourquoi cette farce ?

Alors on attend la fin. Gentiment. Sans trop de suspens insoutenable, sans frissons incontrôlables, sans grande torture de l'esprit. Et puis ça arrive. On l'accueille comme il se doit. Comme la fin d'un drame, la révélation.

J'ai bien aimé. Là n'est pas la question mais il rentre dans la catégorie des appréciés du moment et bientôt oubliés...
Je vous conseille ce livre si vous voulez un thriller sans prise de tête, si vous n'avez rien de plus palpitant à lire et histoire de passer deux ou trois jours de lecture pépère.
 
Prochaine lectureAppelez la sage-femme, Jennifer Worth
Créer un podcast