"La lecture est une amitié" - Marcel Proust

Mardi 13 février 2018 [11:57]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/41sJpMyZx2L.jpg









Titre
: Folie d'une femme séduite 
Auteur: Susan Fromberg Schaeffer
Genre: Drame / Historique









Quatrième de couverture: Vermont, fin du XIXe siècle. Agnès Dempster est une jeune femme incroyablement belle, dotée d'une personnalité fortement complexe, mal aimée par une mère qui lui préfère sa sœur aînée disparue, choyée par une grand-mère fantasque partie trop vite. Lorsqu'elle rencontre Frank, elle se donne à lui, corps et âme, sans concession. C'est le début de sa lente descente dans la passion, dans la folie amoureuse. Jusqu'à la chute.
 
Mon avis: Cela faisait un moment que je voulais lire ce petit pavé de plus de 1 000 pages. Profitant d'un temps propice à la lecture immersive de ce roman, je m'y suis attaquée. Quelle lecture !

Ce roman est inspiré de fait réel. Nous sommes fin des années 1 800. Agnès Dempster grandit dans un contexte difficile auprès de sa famille. À l'âge de 16 ans, elle fait la rencontre de Franck Holt dont elle tombe éperdument amoureuse. Jusqu'à en perdre la raison. Jusqu'à la folie.

L'histoire est divisée en plusieurs parties. L'avant rencontre, la rencontre, la descente aux enfers et l'après. Je ne peux pas vous en dire plus sans spoiler mais elle est écrite par Agnès en personne sous forme de lettre à Margaret, une amie très chère.
On en oublierait presque par qui est raconté l'histoire. C'est parfois déroutant parce qu'Agnès nous relate des faits authentiques qui ont eu lieu avant sa naissance. Le lecteur est quelque peu influencé par le point de vue d'Agnès mais cette dernière tente de rester le plus objective possible.

Elle nous décrit sa vie, sa famille, son mode de vie et on se rend compte dans un premier temps qu'elle a grandit dans un environnement difficile. Mal aimée donc malmenée, il lui est difficile de se construire une identité saine. Puis vient sa rencontre avec Franck, qu'elle nous décrit de manière objective et inconditionnelle. Jusqu'au jour où elle perd pied. Pour moi, il n'y a pas vraiment eu de rupture, tout s'est installé de manière sournoise, progressive avec les bases fragiles qu'on lui a connu. Des événements marquants dans sa relation sont venus l'affaiblir petit à petit jusqu'au trop plein. 

Le thème de l'amour et la folie ne sont pas traités de manière conventionnelle. Il y a de la manipulation et des circonstances aggravantes. Rien n'est arrivé au hasard. On ne tombe pas dans le côté hystérie comme on pourrait le croire. C'est impressionnant de voir dans quel état peut se mettre l'être humain jusqu'à s'auto-détruire. Sans capacité de pouvoir se raisonner et rebondir pour se sauver.

Vers la fin du roman, le lecteur se met à douter. On se demande si c'est nous qui ne sommes pas fou. J'ai été totalement happée, je me suis laissée bercer par l'histoire et la personnalité complexe d'Agnès. Celle de Franck est tout aussi absurde. Manipulateur invétéré, il a largement sa part de responsabilité dans tout le processus de dégradation d'Agnès.

Ce roman est apparemment reconnu comme livre culte de la littérature féministe. Il est très intéressant et complet du point de vue psychologique et de voir comment le thème de la folie est traité et perçu à la fin des années 1 800. Et le titre du livre prend tout son sens.

Après cinq jours de lecture en immersion totale, je me pose encore cette question principale: Agnès Dempster, victime ou coupable de l'Amour ... ?
Je vous laisse juger par vous même...
 
Prochaine lectureUne vie si convenable, Ruth Rendell

Dimanche 4 février 2018 [14:51]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/71Y8XvBvsL.jpg








Titre
: Chanson douce
Auteur: Leïla Slimani
Genre: Drame







Quatrième de couverture: Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame.
 
Mon avis: J'ai lu ce livre en une soirée et début de nuit. Moment tout à fait propice pour me plonger dans ce livre fort en émotions.

Après avoir consacré sa vie à ses deux enfants depuis leur naissance, Myriam décide de reprendre une vie professionnelle. Le couple engage Louise, une nounou qui semble parfaite. Mais tout doucement, Louise bascule. Jusqu'à l'irréparable.
Portrait d'une meurtrière.

Dès le début, le lecteur sait. Adam est mort et Mila est dans un état grave. C'est la nounou qui les a tué. Puis flashback sur cette vie de famille bien ordonnée qui a volé en éclats.

La plume de Leïla Slimani est efficace. Les phrases sont courtes, sans équivoque.
Dans ce huis clos glaçant, on voit monter en puissance la dépendance de chacun. Sans que jamais personne ne s'en rende compte. Jusqu'au passage à l'acte. Pourtant, il y en a eu des indices qui auraient dû mettre la puce à l'oreille de n'importe quelle mère psychologiquement stable. Mais c'est petit à petit que la folie s'installe, que le transfert a lieu.

Se dresse devant nous le portrait de Louise, cette femme d'influence et bien sous tout rapport. Les faits sont décrits de telle sorte qu'on se rend bien compte de son mode opératoire pour devenir cette femme dont le couple ne pourra plus jamais se passer. Cette femme qui s'immisce dans leur vie de couple sans qu'ils ne s'en rendent compte. Jusqu'à ce moment où elle en perd la raison, où les frontières ont largement été franchies.

Prémédité ou acte de folie ? Sans jamais savoir, l'auteur nous emmène dans la noirceur et la complexité de la psychologie humaine. 
Je ne pense pas l'avoir remarqué de suite et je ne savais pas tellement quel était le but de ce livre. Mais après quelques chapitres, le doute n'est plus permis, nous avons devant nous le glissement vers une mise en scène macabre.

C'est un livre d'une force inouïe. Dérangeant. Où la frontière entre névrose et psychose est mince. Le lecteur est spectateur impuissant et frustré. Ce qui donne toute la puissance du récit.
 
Prochaine lectureSéquestrée, Chevy Stevens

Vendredi 2 février 2018 [19:46]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/7123tnBESL.jpg







Titre
: Confessions d'une sage-femme
Auteur: Diane Chamberlain
Genre: Drame










Quatrième de couverture: Un billet de quelques lignes en guise d’adieu. C’est tout ce que Noelle a laissé derrière elle avant de mettre fin à ses jours. Sa vocation de sage-femme, sa passion pour la défense des nobles causes, son dévouement envers autrui, tout laissait penser qu’elle adorait la vie.
Bouleversées, Tara et Emerson, ses meilleures amies, cherchent désespérément à comprendre. En fouillant dans son passé, elles découvrent que celle qu’elles croyaient connaître leur avait caché bien des choses…
 
Mon avis: Ce livre m'a été offert par ma meilleure amie l'année dernière pour mon anniversaire. Jusque là j'avais la malédiction des livres offerts avec que des déceptions mais on peut dire que la tendance a changé parce que ... c'est un coup de coeur ! 

Noelle, sage-femme renommée, vient de se suicider. Ses deux meilleures amies Tara et Emerson veulent élucider ce mystère qui entoure celle qu'elle connaissait comme personne. Mais à force de remuer la vie de Noelle, elles prennent le risque de faire ressortir de lourds secrets...

Je sais pas pourquoi, je ne m'attendais pas du tout à ça. Peut être est-ce parce que je n'avais pas relu la quatrième depuis un moment mais en tous les cas j'ai été agréablement surprise.

Cette histoire d'enquête sur leur meilleure amie avec un fond de sage-femme, j'ai adoré !
Aucune note négative, je me suis profondément attachée aux personnages et à leurs vies. Ils m'ont tous touché. C'est une histoire bouleversante qui m'a beaucoup remuée. Parce qu'elle pose beaucoup de questions et regroupe des sentiments très contradictoires.

Tout y est ! Amitié, trahison, secrets, bouleversement... C'est un roman fort en émotion. Avec une plume fluide qui nous permet de bien suivre le cours des choses.

J'ai vu se profiler la fin vers le dernier tiers à cause de cette révélation au milieu du livre qui ne pouvait être le véritable dénouement. J'ai senti les choses basculer et j'ai eu du mal à y croire avant la certitude.

Bref, vous l'aurez compris, ce livre est à mettre de toute urgence dans votre Wish. Ou mieux, dans votre PAL !
 
Prochaine lectureHarry Potter à l'école des sorciers, J.K. Rowling

Mardi 12 décembre 2017 [16:28]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/lesamantsdupresbytere.jpg









Titre
: Les amants du presbytère
Auteur: Marie-Bernadette Dupuy
Genre: Romance / Drame








Quatrième de couverture: 1849. Le petit village de Saint-Germain-de-Montbron accueille son nouveau curé, Roland Charvaz, humble vicaire. Son prédécesseur, le père Bisette, a quitté la paroisse après la conduite trop familière de Mathilde de Salignac, la jolie épouse du docteur. Toujours en quête de passion, celle-ci se rapproche sans tarder du jeune curé au tempérament de séducteur. À l'insu de tous, les deux amants se lancent dans une liaison torride. Mais Mathilde commet l'erreur d'engager une servante pour le presbytère. Quand celle-ci menace le couple de tout révéler au mari trompé, elle ne sait pas que Roland et Mathilde sont prêts à tout pour sauver leur honneur. Quand la femme décède, c'est le début d'une longue enquête et d'un procès mouvementé.
 
Mon avis: Mon grand-père a trouvé ce livre sur un banc public. Me sachant éperdument amoureuse de MBD, c'est sans aucune hésitation qu'il me l'a pris.
Merci Papou ♥

Nous sommes en 1849. Le père Bissette vient d'être déchu et a perdu ses fonctions de prêtre à cause d'une petite impertinente, Mathilde de Salignac, épouse du médecin du village. Lorsque son successeur arrive, les choses se répètent, entraînant des drames auxquels personne ne s'attend.

Cette fois, MBD s'attaque à une histoire vraie. Très bien documentée sur cette affaire vieille d'il y a plus de 160 ans, elle nous entraîne dans les campagnes de Charente, là où les scandales ont fait vibrer nos ancêtres.
J'ai eu du mal à m'imaginer que tout ça soit arrivé tellement c'est glauque. Mais c'est totalement en adéquation avec l'époque. Et pour cause. J'ai suivi ce drame très attentivement. Essayant de comprendre les choix et les agissements de chacun. Je me suis plongée dans l'histoire avec un autre regard, d'autres attentes que celles que je peux avoir en lisant ses sagas les yeux fermés.

J'ai retrouvé ma MBD mais le style est légèrement décalé par rapport à ce que j'ai pu lire et même sur ses one shot que j'ai tenté. Mais nous n'étions pas du tout sur le même style de récit alors je l'ai "accepté".
Nous étions dans le rapport d'un fait réel alors elle n'avait pas la même liberté d'expression. Mais j'ai apprécié. Autant le fond que la forme. J'ai aimé rentrer et découvrir cette histoire.

C'est toujours délicat de faire la chronique d'un livre qui raconte une authenticité. Parce que l'auteur ne fait que conter la vérité. Avec son style, bien entendu, mais l'histoire et le dénouement ne dépendent pas de lui. Alors oui, j'ai adoré la manière dont elle a exposé les choses et même l'histoire m'a transportée.
 
Prochaine lectureParce que c'était nous, Mhairi McFarlane

Samedi 9 décembre 2017 [17:36]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/41e9lYYcYmL.jpg








Titre
: Juste avant le bonheur
Auteur: Agnès Ledig
Genre: Drame









Quatrième de couverture: Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d'une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n'a pas l'habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend... 
 
Mon avis: Je pensais ce livre réconfortant. Mais en fait, c'est un livre qui fait partie de ceux qui nous rappellent que la vie est cruelle.

Julie est pauvre. Caissière au supermarché, c'est tout ce qu'elle a trouvé pour nourrir son fils, qu'elle élève seule. Lulu ne s'en plaint pas. Et puis un jour, une rencontre avec ce "vieux" Paul et tout bascule. Mais Julie est loin d'imaginer tout ce qui l'attend.

J'ai été extrêmement touchée par ce livre. J'ai eu les larmes aux yeux et Dieu sait à quel point elles sont dures à venir à la lecture. Je suis totalement rentrée dans le livre et pour le coup, j'en ai retiré plein de choses.
Les drames vont jusqu'au bout. Pas de protection pour le lecteur qui doit encaisser, comme le reste. Comme si la vie était une danse incessante entre bonheur et drame. Comme si pour accéder à l'un, il fallait obligatoirement passer par l'autre. L'autre dont on se passerait bien. Et si... Parce que Paul n'a pas fait qu'enchanter la vie de Julie. Il l'a aussi paradoxalement détruite. Et si... ils ne s'étaient jamais rencontrés. Fallait-il ça pour que Julie soit heureuse ? Ou finalement, l'était-elle déjà avant ?

Agnès Ledig est sage-femme et ne se prive pas de nous le rappeler. Avec finesse et connaissance, elle glisse quelques éléments bienvenus. Elle touche et sait mettre des mots sur les maux de la vie.
Elle se joue de nous en virevoltant de relations en attirances homme/femme dont elle puise ce dont elle a besoin dans chacune d'entre elles. Les rendant aussi tourmentées qu'ambiguës. Mais.... les histoire d'amour finissent bien.... en général.

Petit point qui m'a légèrement chagrinée. Le rapport à l'argent. Cet argent que j'ai considéré comme sale parce qu'il se veut réparateur. J'ai eu du mal à avoir ce regard bienveillant et positif par rapport à ça. Malgré tous les efforts du personnage concerné pour démentir du contraire.

Une histoire loin d'être tendre mais qui a toutefois le mérite de remettre les pendules à l'heure... Merci Agnès.
 
Prochaine lectureLes amants du Presbytère, Marie-Bernadette Dupuy
Créer un podcast