"La lecture est une amitié" - Marcel Proust

Jeudi 13 septembre 2018 [15:23]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/51Q5K68Nl3L.jpg






Titre
: Ewa
Auteur: Matthieu Biasotto
Genre: Thriller / Horreur










Quatrième de couverture: Elle s’appelle Ewa. Elle est particulière. Elle ne doit jamais se regarder dans un miroir. Jamais. Son don étrange est une malédiction qu’elle ne maîtrise pas. Son passé est difficile à porter. Il lui est impossible de partager son secret. Elle ne peut faire confiance à personne. Enfermée « pour son bien » à Miedzeska, dans une pension pour filles au cœur de la Pologne, Ewa survit entre humiliations et sévices. Elle serre les dents en rêvant d’évasion, mais personne ne s’échappe de cet internat. Alors pourquoi des filles disparaissent-elles sans laisser de traces ? Que deviennent-elles ? Et surtout… qui sera la prochaine ? Ewa ne doit jamais céder à l’appel des miroirs, elle le sait. Elle a juré. Et si la vérité se cachait dans son reflet ?
 
Mon avis: Lu en presque lecture commune avec ma copinaute Elizewyn !

Ewa a un don. Mais ce don la dépasse et elle le sait, pour son bien et celui des autres, il lui est interdit de se regarder dans un miroir. C'est pour cette raison qu'elle est enfermée dans une pension pour filles. Mais sa vie là bas n'est pas des plus idyllique et Ewa doit survivre entre sévices, trahison et humiliations.

Ce n'est pas un coup de coeur mais on y est presque ! J'avais clairement peur du côté fantastique et bien je suis carrément pas déçue ! Il est présent comme il se doit. Il est justifié, bien dosé et tout ce mystère autour du miroir le rend d'autant plus fascinant.

Le récit est très bien mené. La plume est facile à suivre, les chapitres sont courts et sans répétitions ni longueurs. J'ai adoré l'histoire, j'étais plongée dedans à 1 000%.
On suit Ewa dans sa vie d'interne. Tourmentée par ses relations avec les autres pensionnaires, elle oscille entre confiance et désillusion. Nous entraînant nous-même dans ce perpétuel balancement.
Elle doit aussi composer avec la hiérarchie qui n'est pas tendre avec elle et est loin de lui faciliter la vie. Elle devra également veiller à ne pas céder à la tentation des miroirs qui se retrouvent disséminés sur son chemin.

Je savais pas trop vers où on allait mais le cours des choses et la fin m'ont réellement plu. Ewa enquête sur la disparition de pensionnaires. Mais peut-elle réellement compter sur son amie de chambre ?
Encore une fois, on retrouve ici un épilogue amené de manière originale et qui mettra toute la lumière sur nos interrogations.

Méfiez-vous des apparences... ;)
 
Prochaine lecture: Comme si c'était toi, Mhairi McFarlane

Dimanche 9 septembre 2018 [16:07]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/5161xQo9THL.jpg








Titre
: La fille de Brooklyn
Auteur: Guillaume Musso
Genre: Thriller










Quatrième de couverture: Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer. L'horizon scintillait. C'est là qu'Anna m'a demandé : 
 
" Si j'avais commis le pire, 
m'aimerais-tu malgré tout ? " 
 
Vous auriez répondu quoi, vous ? 
Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l'aimerais quoi qu'elle ait pu faire. Du moins, c'est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d'une main fébrile, et m'a tendu une photo. 
- C'est moi qui ai fait ça. 
Abasourdi, j'ai contemplé son secret et j'ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours. 
 
Mon avis: Et de trois ! ... lecture commune avec De-pages-en-pages !
Ça faisait deux ans que je n'avais pas lu Musso alors c'était l'occasion rêvée.

Lors d'un dîner en amoureux, Anna lance une bombe. Elle a commis une grave erreur dans le passé et terrorisée à l'idée que son mari la quitte, elle lui demande s'il l'aimera toujours après cette révélation. Pour Raphaël, c'est insoutenable, il s'en va. Laissant seule Anna et son désarroi. Mais en revenant sur ses pas, Anna a disparu.

J'ai tout de suite été happée par l'histoire. C'est fluide, c'est mignonnet. Ça s'apparente à un thriller. Musso se dirige vers une enquête active pour retrouver cette vérité autour d'Anna. On veut connaître la suite et le livre tient ses promesses.
Et puis je me suis rendue compte qu'on était partie loin... Trop loin. Anna est mise de côté. Les personnages s'emballent. Le récit perd sa crédibilité et Musso me perd. 
La fin ne m'a pas emballée. Ça m'a pas transportée. Je suis restée presque sans ressenti ni émotions.
J'aurais voulu de l'original, j'aurais voulu rester concentrée sur Anna.

Un récit moyen qui ne restera pas longtemps en tête...
 
Prochaine lectureEwa, Matthieu Biasotto

Jeudi 6 septembre 2018 [2:47]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/812sIXatbL.jpg









Titre
: La fille d'avant
Auteur: J.P. Delaney
Genre: Thriller









Quatrième de couverture: C’est sans doute la chance de sa vie : Jane va pouvoir emménager dans une maison ultra-moderne dessinée par un architecte énigmatique… avant de découvrir que la locataire précédente, Emma, a connu une fin aussi mystérieuse que prématurée. À mesure que les retournements de situation prennent le lecteur au dépourvu, le passé d’Emma et le présent de Jane se trouvent inextricablement liés dans ce récit hitchcockien, saisissant et envoûtant, qui nous emmène dans les recoins les plus obscurs de l’obsession.
 
Mon avis: Deux LC enchaînées toujours avec ma copinaute De-pages-en-pages ! Celle-ci un peu moins intéressante que la précédente....

Jane ne roule pas sur l'or et lorsqu'elle découvre une offre d'appartement attrayante, elle saute sur l'occasion. Mais ce loyer de misère cache les exigences farfelues d'un propriétaire soucieux de faire le vide. Aussi bien dans son appartement que dans la tête de ces locataires. Dirigée par un ordinateur, toute la maison est sous contrôle.
Et avec tout ça, Jane découvre le destin aussi prématuré que tragique de l'ancienne locataire...

Je suis rentrée dedans assez rapidement. L'alternance passé/présent entre l'ancienne et la nouvelle locataire donne un rythme soutenu. Les chapitres sont courts et très vite, on constate les similitudes entre la vie des deux jeunes femmes.
L'angoisse est palpable et grimpe aisément au fur et à mesure de l'avancée. On se sent oppressé dans cet environnement peu commun. On ne peut s'empêcher d'avoir peur pour Jane qui est en train de calquer sa vie sur celle d'Emma. Et de s'enfoncer peu à peu vers un avenir incertain.

Le livre aborde, entre autres, plusieurs thèmes appartenant au domaine de la psychiatrie. Notamment le perfectionnisme pathologique et le narcissisme. J'ai trouvé l'histoire assez riche et documentée sur les sujets. Point positif pour moi qui en veut toujours plus et qui devient exigeante sur la question.

La fin m'a laissée perplexe. J'ai pas dû tout saisir.... Des éléments de second plan sont ramenés au premier sans aucun intérêt ni effet de surprise... Je suis restée sur ma fin.

Une lecture en demie teinte qui m'a plu par son contenu mais frustrée par la fin.
 
Prochaine lectureLa fille de Brooklyn, Guillaume Musso

Lundi 3 septembre 2018 [14:54]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/51yVLBPnsyLSX210.jpg









Titre
: Tu comprendras quand tu seras plus grande
Auteur: Virginie Grimaldi
Genre: Contemporain








Quatrième de couverture: À 32 ans, Julia, psychologue ne croit plus au bonheur. Après avoir perdu successivement son père, son fiancé et sa grand-mère, elle se laisse aller sans réagir. Jusqu'au jour où elle répond, sur un coup de tête, à une offre d'emploi de thérapeute en maison de retraite à Biarritz.
 
Mon avis: Livre lu en LC avec ma copinaute De-pages-en-pages. Ça s'est imposé comme une évidence entre nous. Mais si je m'attendais à ça ?! Dès les premières pages, c'était le coup de coeur assuré !

Julia est désespérée. Elle vient de perdre son père, sa grand-mère et son fiancé. Alors c'est sur un coup de tête qu'elle répond à une annonce de psychologue dans une maison de retraite. Mais les vieux, Julia, ça l'enchante pas des masses... Mais c'était sans compter sur le soutien de ses collègues et son attachement aux résidents...

Que dire... Je suis encore tellement retournée par ce que je viens de lire...
Dès les premières pages, c'est l'humour de l'auteure qui nous happe. Malgré la déprime, Julia arrive à garder cette autodérision qui ne nous fait pas tomber dans le pathos. Les premiers pas sont difficiles au milieu de ces grincheux. Mais très vite, c'est la sympathie et la tendresse qui dominent. Parce que les séances de psy, ça rapproche. Chacun se confie, s'adonne à des leçons de vie et laisse tomber les barrières. L'espoir renaît. On en prend aussi pour nous, parce qu'il n'y a pas de raison. On se prend à rêver et on s'autorise à voir les choses autrement. Parce que là non plus, il n'y a pas de raison. Et toutes ces pensées philosophiques sont agrémentées d'une pointe d'humour. 

J'ai eu tellement d'affection pour ces gens dont on oublie parfois qu'ils ont vécu, qu'ils ont une histoire et des choses à nous transmettre. Bien sûr il y a eu ce côté soignant que j'ai retrouvé dans mon travail au quotidien. Les chamailleries en salle commune, les feuilletons du soir, les disputes pour le dentier. Chacun y va de son caractère et ça donne un panel très intéressant.

C'est une histoire de rencontres. Ce livre est une explosion de vie, d'espoir, d'amour. Je suis restée en apnée pendant ces deux petits jours nécessaires à ma lecture. Je me suis sans aucun doute attachée à tous ces personnages haut en couleurs. 

Et cette fin dont on attend plus grand chose finalement parce que le livre en lui même aura suffit à nous émerveiller. Elle vient clôturer cette histoire sans aucune fausse note.
 
Prochaine lectureLa fille d'avant, J.P. Delaney
Créer un podcast