"La lecture est une amitié" - Marcel Proust

Lundi 14 août 2017 [20:17]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/71Mhqmgbn8L.jpg









Titre
: Pressentiments
Auteur: Katherine Webb
Genre: Drame / Historique









Quatrième de couverture: En 2011, en Belgique, le cadavre parfaitement conservé d’un soldat de la Grande Guerre est découvert, avec, dans ses poches, deux lettres signées H. Canning. Chargée de l’identifier, Leah, journaliste, va remonter le fil d’une histoire initiée un siècle plus tôt, dans une bourgade tranquille du Berkshire, lors d’un été caniculaire. L’été où le révérend Canning et sa naïve épouse Hester voient leur vie bouleversée par l’arrivée de la nouvelle bonne, Cat, ainsi que d’un troublant jeune homme versé dans les sciences occultes. L’été où s’est noué une drame si terrible que, cent ans plus tard, les conséquences s’en font encore sentir…
 
Mon avis: Ce livre était dans ma PAL depuis le 30 août 2016. Presqu'un an. Du jamais vu. Il était temps que je le sorte de là.

Il est des quatrièmes qui trichent un peu. Pour se faire plus vendeuses, plus attrayantes. Ici, pas de gros écarts avec la réalité mais je m'attendais à un petit quelque chose d'autre. 

Deux époques éloignées de cent ans. 1911 - 2011. Et on alterne entre ces deux périodes. L'une d'avant guerre dans une famille de pasteur avec sa femme et ses deux domestiques. Et l'arrivée d'un homme qui va bouleverser leurs vies. L'autre contemporaine où le cadavre d'un soldat vient d'être découvert, porteur de deux lettres pour le moins troublantes. Et l'on se dit que forcément, le mystère de l'une va se résoudre dans l'autre.

Alors l'enquête est souvent mise au deuxième plan, elle n'est pas l'intrigue principale du roman. Bien que l'on tende à aboutir à la découverte des identités respectives du tueur et de sa victime. On l'oublie même avant de retrouver des petites piqûres de rappel. 2011 avance parfois plus vite que 1911. Certains éléments sont révélés avant même que nous ayons avancé dans l'histoire ancienne. Nous sommes plus plongés dans l'univers d'avant guerre. J'ai adoré cette petite vie presque paisible dans cette famille qui décline petit à petit. Le drame s'installe en même temps que ce Robin Durrant... Je ne vous en dis pas plus.

J'ai beaucoup aimé la façon dont tout ça est raconté. Aucune difficulté de compréhension, l'écriture est fluide. Rien d'alambiqué. Tout dans la simplicité et l'efficacité. Une intrigue intéressante et mystérieuse. Une aventure enchanteresse dans une ambiance atypique. Comme j'aime.
 
Prochaine lecture: Perline, Clémence, Lucille et les autres, Jeanne-Marie Sauvage-Avit

Samedi 12 août 2017 [10:43]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/COUVEbdcOKVignette.png







Titre
: Au fond de l'eau
Auteur: Paula Hawkins
Genre: Polar/Thriller










Quatrième de couverture: Une semaine avant sa mort, Nel a appelé sa sœur, Julia. Qui n'a pas voulu lui répondre. Alors que le corps de Nel vient d'être retrouvé dans la rivière qui traverse Beckford, leur ville natale, Julia est effrayée à l'idée de revenir sur les lieux de son enfance. De quoi a-t-elle le plus peur ? D'affronter le prétendu suicide de sa sœur ? De s'occuper de Lena, sa nièce de quinze ans, qu'elle ne connaît pas ? Ou de faire face à un passé qu'elle a toujours fui ? Plus que tout encore, c'est peut-être la rivière qui la terrifie, ces eaux à la fois enchanteresses et mortelles, où, depuis toujours, les tragédies se succèdent.
 
Mon avis: Encore une LC réussie avec ma coupinaute De-pages-en-pages ! \o/

Nel vient d'être retrouvée sans vie dans la rivière de Beckford. Julia, sa soeur doit revenir sur les lieux de son enfance pour élever sa nièce désormais orpheline. Mais en arrivant, elle découvre que les choses ne sont pas aussi évidentes. Quiproquos, fantômes du passé, mystères, il va falloir dénouer tout ça pour faire resurgir la vérité.

Comme à chaque début de lecture, on prend ses marques, ses repères. On tâtonne. On apprivoise l'auteur et son écriture, son mode de narration. Ici, chaque chapitre nous fait faire la connaissance d'un personnage, de manière détournée, subtile. Ce qui laisse le mystère s'installer petit à petit. Si bien que l'on ne sait pas où l'on va mais on se laisse guider, en confiance. Et les liens entre chacun se dessinent. Notre jugement sur les uns et les autres se fait dans la foulée. Leur histoire et les secrets qui l'accompagnent se révèlent dans toute leur splendeur et leur noirceur donnant ainsi tout le suspens de l'histoire. On avance en eaux troubles. Et forcément, comme dans tout thriller qui se respecte, les apparences ne sont jamais celles que l'on croit.

L'écriture est simple, facile à suivre. L'enquête progresse pas à pas avec à chaque fois de nouveaux éléments qui viennent relancer l'affaire. Chacun des personnages a des choses à cacher. Et entre eux, la méfiance s'installe. De même que pour nous.

Je dirais que l'histoire se déroule en trois phases. La première où l'on découvre les personnages et leurs liens entre eux. La deuxième où l'intrigue s'installe doucement mais sûrement. Et la troisième explosive. Ce qui donne tout de même de gros écarts de rythme avec un creux au milieu (mais pas d'essoufflement pour autant) et toutes les révélations qui arrivent un peu trop vite, un peu de partout. J'ai eu du mal à tout ingurgiter. Mais pour le coup ça donne une sacrée claque à la fin. Et ce, jusqu'au dernier paragraphe ! Que j'ai relu plusieurs fois histoire d'être sûre d'avoir bien compris ce que je venais de lire...
 
Prochaine lecture: Pressentiments, Katherine Webb

Samedi 5 août 2017 [19:07]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/9782253125273001T.jpg








Titre
: Seul le silence
Auteur: R. J. Ellory
Genre: Polar/Thriller









Quatrième de couverture: Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps d’une fillette assassinée. Une des premières victimes d’une longue série de crimes.
Des années plus tard, alors que l’affaire semble enfin élucidée, Joseph s’installe à New York. Mais, de nouveau, les meurtres d’enfants se multiplient…
Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui le hante.
 
Mon avis: Cela faisait tellement longtemps qu'on s'était promis cette LC avec White ! Et bien c'est chose faite. Et autant vous dire qu'on a pas fait les choses à moitié parce que pour moi, c'est... UN COUP DE COEUR !

L'histoire démarre avec Joseph, douze ans, enfant déjà abîmé par la vie dont la descente aux enfers ne fait que commencer. Et sous toutes les formes où elle pourra se présenter.

J'ai eu beaucoup de mal avec l'écriture au tout début mais très vite, je me suis prise au jeu de la narration parce que j'ai compris. Chaque fin de chapitre, ou presque, donne la voix au Joseph du présent, celui qu'il est devenu bien des années plus tard. Et dès le début, on comprend qu'il a trouvé le "tueur d'enfants" et qu'il l'a tué. (Non je ne spoile pas, on l'apprend dans les toutes premières pages.)
Et c'est ainsi que tout peut commencer. On suit la vie de ce jeune garçon que les obstacles ne vont pas épargner. Les meurtres de toutes ces fillettes ne sont que le fil rouge du roman. Ceux qui vont être à l'origine de cette envie de vengeance. Il n'y a pas tellement d'enquête à proprement parlé. On suit le cours de sa vie mais grâce à cette avancée, loin d'être monotone, et aux brefs sauts dans le présent, on voit l'identité du tueur se dessiner devant nous... On sent la haine grandir en lui petit à petit. On sent le suspens, la tension et les soupçons nous envahir. Nos doutes se confirment puis sont réfutés sans arrêt. L'auteur n'a de cesse de nous balader, de nous torturer l'esprit sans jamais que l'on devine le fin mot de l'histoire. Une seule et même idée ne m'a pas quitté du début à la fin. Mais il aurait été trop facile que cela se termine comme ça.

J'ai été littéralement bluffée par l'écriture prenante de ce roman. Cette oppression qui ne nous quitte pas du début à la fin. Et cette machination dans laquelle on est embarqué... Tout est ficelé et maîtrisé à merveille !

La tension est de plus en plus palpable au fil des chapitres. Le passé se rapproche du présent et on sent que l'on va bientôt savoir. Et on s'attend à tout, sauf à ça !
J'ai lu ces 600 pages en 4 jours. Chose qui ne m'arrivait plus depuis des mois...

Que celui ou celle qui a découvert le nom du tueur avant la fin me laisse un commentaire sous cet article...
 
Prochaine lectureAu fond de l'eau, Paula Hawkins

Lundi 31 juillet 2017 [19:13]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/51w9mt3PBL.jpg









Titre
: Le secrets de Thornwood House
Auteur: Anna Romer
Genre: Thriller / Policier








Quatrième de couverture: Les secrets n'appartiennent qu'aux vivants... Après le décès de son ex-mari, Audrey, photographe indépendante, et sa fille Bronwyn déménagent dans une propriété reçue en héritage dans un coin perdu du Queensland, en Australie. C'est dans cette maison abandonnée qu'elle recommence à zéro et qu'elle découvre la photo du grand-père de son mari, médecin pendant la Seconde Guerre mondiale. Intriguée par le personnage, elle apprend qu'il aurait assassiné sa maîtresse en 1946. Elle plonge alors dans un passé oublié et dans les secrets familiaux. Chose étrange, des meurtres similaires se produisent toujours dans la région. Le mystère s'épaissit et avec lui, les dangers...
 
Mon avis: Ce livre m'a été offert par Elizewyn à l'occasion de notre swap "Livres et thé". Je l'avais repéré quelques semaines auparavant en librairie.
Il a pour thème les secrets familiaux et je suis une friande de toutes ces histoires là.

Alors que l'ex-mari d'Audrey vient de se suicider, elle hérite d'une ancienne propriété ayant appartenu à sa famille. Avec sa fille Bronwyn, elle décide d'y emménager pour tout reprendre à zéro. C'est alors qu'elle tombe sur des photos, des lettres, un journal intime... qui vont la mener vers un passé familial bien macabre.

L'auteur s'occupe d'abord de nous attendrir et de nous faire aimer ses personnages. On s'attache très vite à ce duo mère-fille attristé par la mort brutale d'un être qui a plus que tout compté dans leur vie.
Puis survient la surprise de cet héritage aussi inattendu qu'inespéré. Toutes deux décident d'investir les lieux. C'est alors qu'au détour d'un rangement qui s'impose, elles découvrent des photos, des lettres et un journal intime. Intriguée, Audrey mène l'enquête. Et c'est bien malgré nous qu'on l'accompagne dans cette quête de vérité. La curiosité nous mène toujours plus loin. On se laisse embarquer de manière ludique dans ce sombre destin. Et c'est ce qui m'a le plus plu. On veut toujours en savoir plus et une fois dedans, impossible de s'arrêter. Les faits se dévoilent petit à petit devant nos yeux.
Avec tous les indices distillés par-ci par là, on sent bien que des choses étranges se sont déroulés sur les lieux. Ce qui rend l'endroit plus sombre et le récit plus captivant.
Personnellement, je n'ai pas réussi à assembler les pièces du puzzle avant que le rideau tombe, que la vérité éclate et que tout ce qui était totalement flou devienne limpide.

Pour son premier roman, Anna Romer se fait déjà remarquer. C'est un récit actif et prenant. Tant dans son atmosphère que dans ses secrets qu'il va falloir percer à jour avant qu'il ne soit trop tard...
 
Prochaine lectureSeul le silence, R.J. Ellory

Lundi 17 juillet 2017 [21:37]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/817r3JtkAVL.jpg








Titre
: L'Orpheline des neiges, T6: L'ange du lac
Auteur: Marie-Bernadette Dupuy
Genre: Romance







/!\ Risque de spoil /!\


Quatrième de couverture: Au Québec, juillet 1950. Hermine, devenue une célèbre chanteuse lyrique, est de retour chez sa mère à Roberval, sur les bords du lac Saint-Jean, pour se reposer et passer un été qu’elle espère tranquille.
C’est sans compter avec la fugue de sa demi-soeur Kiona, le retour d’Allemagne de son amie de toujours, Charlotte, et, enfin, l’arrivée de son mari, le beau métis Toshan, accompagné d’une mystérieuse jeune femme.
Alors qu’approche si vite le long et rigoureux hiver canadien, Hermine doit surmonter de cruelles désillusions...
 
Mon avis: Bon, je vous préviens d'entrée d'jeu. Il est strictement interdit de lire cette chronique si vous vous appelez Claire ou De-pages-en-pages et que vous n'avez pas fini votre lecture ou que vous vous appelez n'importe comment d'autre et que vous avez l'intention de lire cette saga.
Voilà, maintenant que vous êtes prévenus, j'espère finalement que cette chronique ne sera jamais lue ou du moins pas tout de suite parce que:
1) Ça voudra dire que vous avez l'intention de la lire et ça me remplirait de joie.
2) Si vous la lisez, vous ne me verrez plus jamais comme avant. Parce que folle, cette saga m'a rendue.
C'est bon, on peut y aller ? ;)

J'ai lu les dernières lignes de cette saga il y a quelques minutes seulement alors je suis encore un peu fébrile. 5 316, c'est le nombre de pages qu'elle contient. Février 2016, c'est le mois et l'année où je l'ai commencée.
Comment pourrais-je vous expliquer tout ce qu'elle m'a fait vivre ? Comment pourrais-je vous faire comprendre à quel point ces personnages sont devenus réels et qu'il va maintenant falloir faire le deuil de la séparation ? Comment pourrais-je vous confier le plaisir que m'ont fait Claire et De-pages-en-pages en me rejoignant dans cette aventure et en la finissant avec moi ? Comment pourrais-je vous annoncer que j'ai maintenant trouvé mon autrice préférée, celle dont je vais lire tous les romans ?

MBD a écrit ici une pépite. Parce qu'elle m'a fait vivre tout ce que je recherche dans une lecture et tout ce que je ne revivrai sans doute jamais à moins de me replonger dans une autre de ses sagas.
Ses personnages, qu'elle rend plus que vivants et avec lesquels on vibre, on grandit, on vit, au coeur du Canada. Et qui deviennent nos frères, nos mères, nos pères, nos soeurs et nos enfants.
Son décor, qu'elle dépeint et qui se dessine sous nos yeux ébahis. D'hiver comme d'été, on s'y croirait. On s'enveloppe dans cette neige pure et on s'invite dans ces demeures chaleureuses.
Son histoire, dans laquelle elle nous intègre complètement. On finit par faire partie de cette grand famille, de tout cet amour. Cette histoire qui s'étend sur une quarantaine d'années. Autant dire qu'on traverse l'Histoire et qu'on a le temps de voir l'évolution de nos petits protégés.

Je n'ai pas tellement perçu de changement dans la façon d'écrire de MBD que j'appréciais déjà dès le début tant elle est enveloppante. Cependant, je ferai juste une aparté sur le fait qu'elle magne l'improvisation et le "réfléchi" à merveille. Parce qu'il est indéniable qu'elle a joué sur les deux.
On voit qu'elle maîtrise son histoire et jusqu'où elle va. C'est travaillé et rien n'est laissé au hasard. Dans ce T6 on récolte d'ailleurs ce qu'elle a malicieusement semé précédemment.
Et puis on se dit aussi qu'elle a parfois laissé libre court à son imagination quant à certains détails.
Le tout dosé avec justesse et équilibre.

Je me suis prise un tempête émotive en pleine tête. J'ai même pas compris d'où ça venait. Je suis dévastée. Moi qui voulais une fin en apothéose, je suis plus que servie.
Et ce feu d'artifice, je le dois à un sentiment très étrange, embarrassant. Dans lequel m'a mise MBD. Parce que je suis partagée entre le ravissement de cette merveilleuse fin et le bonheur qui attend un personnage qui le mérite plus que tout mais aussi la tristesse, le désespoir de l'ombre dans lequel tout ceci se dessine...

MBD, je vous aime !
 
Prochaine lectureLes secrets de Thornwood House, Anna Romer
Créer un podcast