"La lecture est une amitié" - Marcel Proust

Dimanche 8 octobre 2017 [17:49]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/9782809816891G220x345.jpg








Titre
: L'île aux mille couleurs
Auteur: Tamara McKinley
Genre: Contemporain









Quatrième de couverture: Angleterre, 1920. Loulou Pearson, jeune sculptrice originaire de Tasmanie, partage sa vie entre la propriété du Sussex de sa grand-tante Clarice – sa protectrice – et son atelier londonien. Un avenir en or lui semble promis. Ne prépare-t-elle pas une exposition dans une galerie en vue ?
C’est alors qu’un événement vient bouleverser sa vie. Loulou apprend qu’un mystérieux donateur lui a légué un cheval de course. La surprise passée, elle décide d’embarquer pour sa Tasmanie natale, cette île aux mille couleurs, afin de prendre possession de son héritage.
Mais ce retour aux sources annonce des retrouvailles houleuses avec une mère qui l’a autrefois rejetée. Et puis, des secrets de famille pourraient bientôt refaire surface. L’occasion pour Loulou de savoir, enfin, qui elle est vraiment ?
 
Mon avis: Je suis contente de ne pas avoir acheté ce livre. En ebook ça suffisait largement. 

Loulou vit avec Clarice, sa grand-tante qui l'a aussi élevée. Très protectrice, Clarice voit d'un mauvais oeil le départ de Loulou en Tasmanie qui vient de recevoir un cheval de course en héritage. Car elle sait que bientôt, les secrets du passé vont être déterrés... 

Je m'attendais à autre chose. Sûrement plus de secrets et moins de paysage. Pour le coup, on en prend plein la vue. La Tasmanie, les chevaux, ça éclabousse tel un arc-en-ciel. On sent que l'auteure est attachée à ses terres. Mais du coup, c'est lent... J'ai réussi à m'accommoder jusqu'à ce que ça devienne vraiment trop long. Un peu ça va mais trop c'est trop. J'avais vraiment envie d'avancer.
Mais le fond est retardé par toutes ces descriptions, aussi belles soient elles, mais ça manquait de tonus.
J'ai eu pitié de Loulou qui a été rejetée dès sa naissance par une mère exécrable. Le but de ce retour aux sources était d'obtenir des réponses à tout ce manque affectif. Même si elle a trouvé réparation en la personne de Clarice. En recherche constante d'identité, elle veut savoir d'où elle vient.
Je n'ai pas tellement accroché à cette histoire de fond qui traîne en longueur et est malheureusement trop pauvre en rebondissements..

Je suis contente de l'avoir lu pour la curiosité et la découverte mais il restera pas dans les annales. Je retenterai un autre livre de cette auteure mais pas tout de suite.
 
Prochaine lectureLa maison de l'orchidée, Lucinda Riley

Samedi 30 septembre 2017 [15:19]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/819ce38BA1L.jpg








Titre
: Appelez la sage-femme
Auteur: Jennifer Worth
Genre: Témoignage









Quatrième de couverture: Londres, années 1950. Jeune infirmière, Jennifer Worth décide de parfaire sa formation de sage-femme et rejoint les sœurs d’un couvent anglican, Nonnatus House, situé dans les docks de l’East End. À 22 ans, elle s'apprête à vivre l'expérience de sa vie dans cette maternité qui vient en aide aux plus pauvres. Récit de cet apprentissage, de sa rencontre avec les sœurs, alors qu’elle-même ne croit pas en Dieu, mais aussi tableau des quartiers déshérités du Londres d’après-guerre, son témoignage est à la fois bouleversant et empreint d’optimisme.
 
Mon avis: Ce livre m'a été offert par ma meilleure amie Claire. Parce que c'était mon anniversaire et qu'elle connait ma passion sur le sujet.

Ce livre est une autobiographie. Il s'agit du témoignage d'une sage-femme ayant exercé dans les années 50 à Londres dans le quartier des docks. Ecrit comme un roman, il nous plonge au coeur de son exercice. Périlleux parce qu'à peine encadré. Tantôt émouvant, tantôt stressant mais avec cette sensibilité et cette bienveillance sans failles.

On passe d'une femme à l'autre, d'un foyer à l'autre, d'un contexte et d'une maternité à l'autre. Tous différents et uniques. Nous partons à la rencontre de ces femmes qui ont su me toucher en plein coeur. Par leur détresse, leurs émotions, leur tendresse, leurs premiers pas incertains en tant que mère. Je me suis attachée à elles et à leurs histoires bien que racontées de manière brève mais pour autant efficace.
Jennifer Worth nous fait pénétrer dans cette intimité qu'est l'un des plus important moment de la vie d'une femme. Tout est décuplé. J'ai ressenti des émotions très fortes à la lecture, enfouies en moi.

On voit bien cet écart entre l'accouchement du monde moderne et celui des années 50.
Le rapport à l'enfant, à la maternité et les techniques sont diamétralement opposés bien que ceci ait eu lieu il n'y a "que" 70 ans. Alors que la mort d'une mère en couche ou d'un nouveau né est inconcevable, c'était chose courante à l'époque.
L'accouchement se fait principalement à domicile. La plupart des visites prénatales et postnatales se font également à domicile. Il existe des visites spéciales pour déterminer si la maison est convenable pour accueillir un accouchement. Sans quoi l'inscription à l'hôpital est requise.

C'est un des livres qui restera gravé dans ma mémoire un bon moment et que je suis fière d'accueillir dans ma bibliothèque. Plus qu'un témoignage sur le métier de sage-femme, il nous livre les secrets de la grossesse et de tout ce qu'elle représente.

Ce récit a inspiré la série Call the midwife que j'aimerais vraiment pouvoir visionner un jour.
 
Prochaine lectureL'île aux mille couleurs, Tamara McKinley

Lundi 25 septembre 2017 [11:01]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/81mBoWGe5wL.jpg








Titre
: La loi du silence
Auteur: Anita Terpstra
Genre: Thriller









Quatrième de couverture: Alma Meester, son mari Linc et leurs enfants Iris et Sander semblent être une famille heureuse. Tout bascule lorsque Sander, âgé de onze ans, disparaît avec un petit camarade lors d’une colonie de vacances. Le corps de ce dernier est retrouvé, mais Sander, lui, semble s’être évaporé dans la nature.
Cinq ans plus tard, un jeune homme se signale à un poste de police en Allemagne. Il affirme être Sander, le garçon disparu des années plus tôt. Fous de joie, Alma et Linc peuvent à nouveau serrer leur fils dans leurs bras. Pourtant les retrouvailles sont loin d’être parfaites, et la famille commence à douter. Sander est-il vraiment celui qu’il prétend être ? Lui qui a toujours été un garçon étrange, au comportement parfois malsain, n’est plus tout à fait le même... Pour le savoir, ils devront se replonger dans un passé qu’ils préféreraient oublier. Qu’est-il réellement arrivé pendant la colonie de vacances ?
 
Mon avis: Ce livre a été lu dans le cadre du "Défi des 4 AS". En LC avec Antreguillemets et Elizewyn.

Alma, Linc et leurs deux enfants, Sander et Iris, forment une famille parfaite. Jusqu'à ce drame d'un soir où Sander et son ami Maarten disparaissent. Le corps sans vie de ce dernier est retrouvé mais Sander reste introuvable.
Cinq ans plus tard, un homme se présente et assure être Sander. La vie des Meester peut enfin reprendre là où elle s'était arrêtée. Mais quelques incohérences viennent remettre en question la certitude sur l'identité du jeune homme. Que s'est-il réellement passé il y a cinq ans ?

Soyons honnête, j'ai passé un bon moment de lecture mais ce n'est pas LE thriller de l'année. C'est un livre qu'on lit pour lire. Tranquillement.
Il ne se passe pas grand chose dans la première partie du livre. La mise en place est assez longue. On nous livre l'évolution de l'organisation familiale après le drame. Puis on se dit que les choses sont trop belles, trop simples pour être aussi faciles. Alors on se met à psychoter. L'hypothèse que Sander ne soit pas celui qu'il prétend être semble la plus crédible. Mais si tel est le cas, qu'est-il arrivé au vrai ? Et pourquoi cette farce ?

Alors on attend la fin. Gentiment. Sans trop de suspens insoutenable, sans frissons incontrôlables, sans grande torture de l'esprit. Et puis ça arrive. On l'accueille comme il se doit. Comme la fin d'un drame, la révélation.

J'ai bien aimé. Là n'est pas la question mais il rentre dans la catégorie des appréciés du moment et bientôt oubliés...
Je vous conseille ce livre si vous voulez un thriller sans prise de tête, si vous n'avez rien de plus palpitant à lire et histoire de passer deux ou trois jours de lecture pépère.
 
Prochaine lectureAppelez la sage-femme, Jennifer Worth

Dimanche 24 septembre 2017 [17:29]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/51ZE6f5yNHL.jpg






Titre
: Perline, Clémence, Lucille et les autres...
Auteur: Jeanne-Marie Sauvage-Avit
Genre: Historique










Quatrième de couverture: En 1914, le destin des femmes est scellé par les hommes. Mais la guerre éclate. Aux champs comme à la mine, dans les transports et les administrations, les maris, fils et pères sont réquisitionnés. Alors les femmes s’organisent. Perline, Clémence, Lucille et les autres relèvent leurs manches. Pendant que les tragédies se déclinent à l’infini – mort, peur, attente, deuils –, elles doivent réinventer leur vie, pour elles comme pour le pays tout entier.
Pour ces héroïnes d’un nouveau genre, il faut agir, produire, récolter. L’heure de l’émancipation et de l’affranchissement du joug des hommes a sonné.
 
Mon avis: J'ai croisé ce livre par hasard sur l'étagère de ma librairie. Caché, tout en haut. Le titre m'a interpellée puis la quatrième a fini de me convaincre de me l'offrir. De suite. Je l'ai emmené avec moi tout l'été. Il a parcouru plus de 2 000 kilomètres.

Cette histoire raconte la vie de Perline, sa mère Clémence, Lucille et toutes les autres femmes en pleine première guerre mondiale. L'accent est mis sur leurs vies, leurs organisations face à cette apocalypse qui se dressait devant elles et à laquelle il fallait faire face, coûte que coûte, leurs combats contre un destin qu'elles refusaient devoir subir. Tout ceci dans une ambiance romancée. 
J'ai vraiment apprécié ce mélange bien équilibré d'Histoire et de romance. Sans tomber dans le mélo-dramatique.

C'est un livre assez dense mais très bien construit. Que j'ai mis peut être un peu trop longtemps à lire mais très intéressant. Il nous rappelle à quel point nos aînées se sont battues pour nos droits de femmes d'aujourd'hui. Le droit de vote. Le droit de travailler. Le droit de s'exprimer.
Elles se sont exprimées pour faire valoir leur place au sein de la société mais d'abord de leur foyer. Là où il était courant de se faire battre et violer par son mari.

Mais pour ne pas dramatiser tout ceci, c'est servi sur un fond de romance. Pour nous rappeler les ravages de la guerre. L'attente, le froid, les morts...
Les femmes sont fortes. Elles ont eu un rôle primordial dans le maintien de l'équilibre familial. Il fallait continuer à vivre malgré la peur. Nourrir les foyers et reprendre le travail des hommes.
Et après ? Une fois que les hommes sont revenus et que la guerre a cessé, hors de question pour elles de reprendre leurs petites places bien sages. Elles se sont rebellées pour conserver leur situation. C'est ici que démarre l'égalité des sexes.

Une belle histoire sur l'émancipation des femmes pendant la Grande Guerre sur fond de romance.
 
Prochaine lectureLa loi du silence, Anita Terpstra

Lundi 14 août 2017 [20:17]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/71Mhqmgbn8L.jpg









Titre
: Pressentiments
Auteur: Katherine Webb
Genre: Drame / Historique









Quatrième de couverture: En 2011, en Belgique, le cadavre parfaitement conservé d’un soldat de la Grande Guerre est découvert, avec, dans ses poches, deux lettres signées H. Canning. Chargée de l’identifier, Leah, journaliste, va remonter le fil d’une histoire initiée un siècle plus tôt, dans une bourgade tranquille du Berkshire, lors d’un été caniculaire. L’été où le révérend Canning et sa naïve épouse Hester voient leur vie bouleversée par l’arrivée de la nouvelle bonne, Cat, ainsi que d’un troublant jeune homme versé dans les sciences occultes. L’été où s’est noué une drame si terrible que, cent ans plus tard, les conséquences s’en font encore sentir…
 
Mon avis: Ce livre était dans ma PAL depuis le 30 août 2016. Presqu'un an. Du jamais vu. Il était temps que je le sorte de là.

Il est des quatrièmes qui trichent un peu. Pour se faire plus vendeuses, plus attrayantes. Ici, pas de gros écarts avec la réalité mais je m'attendais à un petit quelque chose d'autre. 

Deux époques éloignées de cent ans. 1911 - 2011. Et on alterne entre ces deux périodes. L'une d'avant guerre dans une famille de pasteur avec sa femme et ses deux domestiques. Et l'arrivée d'un homme qui va bouleverser leurs vies. L'autre contemporaine où le cadavre d'un soldat vient d'être découvert, porteur de deux lettres pour le moins troublantes. Et l'on se dit que forcément, le mystère de l'une va se résoudre dans l'autre.

Alors l'enquête est souvent mise au deuxième plan, elle n'est pas l'intrigue principale du roman. Bien que l'on tende à aboutir à la découverte des identités respectives du tueur et de sa victime. On l'oublie même avant de retrouver des petites piqûres de rappel. 2011 avance parfois plus vite que 1911. Certains éléments sont révélés avant même que nous ayons avancé dans l'histoire ancienne. Nous sommes plus plongés dans l'univers d'avant guerre. J'ai adoré cette petite vie presque paisible dans cette famille qui décline petit à petit. Le drame s'installe en même temps que ce Robin Durrant... Je ne vous en dis pas plus.

J'ai beaucoup aimé la façon dont tout ça est raconté. Aucune difficulté de compréhension, l'écriture est fluide. Rien d'alambiqué. Tout dans la simplicité et l'efficacité. Une intrigue intéressante et mystérieuse. Une aventure enchanteresse dans une ambiance atypique. Comme j'aime.
 
Prochaine lecture: Perline, Clémence, Lucille et les autres, Jeanne-Marie Sauvage-Avit
Créer un podcast