"La lecture est une amitié" - Marcel Proust

Samedi 9 décembre 2017 [17:36]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/41e9lYYcYmL.jpg








Titre
: Juste avant le bonheur
Auteur: Agnès Ledig
Genre: Drame









Quatrième de couverture: Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d'une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n'a pas l'habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend... 
 
Mon avis: Je pensais ce livre réconfortant. Mais en fait, c'est un livre qui fait partie de ceux qui nous rappellent que la vie est cruelle.

Julie est pauvre. Caissière au supermarché, c'est tout ce qu'elle a trouvé pour nourrir son fils, qu'elle élève seule. Lulu ne s'en plaint pas. Et puis un jour, une rencontre avec ce "vieux" Paul et tout bascule. Mais Julie est loin d'imaginer tout ce qui l'attend.

J'ai été extrêmement touchée par ce livre. J'ai eu les larmes aux yeux et Dieu sait à quel point elles sont dures à venir à la lecture. Je suis totalement rentrée dans le livre et pour le coup, j'en ai retiré plein de choses.
Les drames vont jusqu'au bout. Pas de protection pour le lecteur qui doit encaisser, comme le reste. Comme si la vie était une danse incessante entre bonheur et drame. Comme si pour accéder à l'un, il fallait obligatoirement passer par l'autre. L'autre dont on se passerait bien. Et si... Parce que Paul n'a pas fait qu'enchanter la vie de Julie. Il l'a aussi paradoxalement détruite. Et si... ils ne s'étaient jamais rencontrés. Fallait-il ça pour que Julie soit heureuse ? Ou finalement, l'était-elle déjà avant ?

Agnès Ledig est sage-femme et ne se prive pas de nous le rappeler. Avec finesse et connaissance, elle glisse quelques éléments bienvenus. Elle touche et sait mettre des mots sur les maux de la vie.
Elle se joue de nous en virevoltant de relations en attirances homme/femme dont elle puise ce dont elle a besoin dans chacune d'entre elles. Les rendant aussi tourmentées qu'ambiguës. Mais.... les histoire d'amour finissent bien.... en général.

Petit point qui m'a légèrement chagrinée. Le rapport à l'argent. Cet argent que j'ai considéré comme sale parce qu'il se veut réparateur. J'ai eu du mal à avoir ce regard bienveillant et positif par rapport à ça. Malgré tous les efforts du personnage concerné pour démentir du contraire.

Une histoire loin d'être tendre mais qui a toutefois le mérite de remettre les pendules à l'heure... Merci Agnès.
 
Prochaine lectureLes amants du Presbytère, Marie-Bernadette Dupuy

Mardi 28 novembre 2017 [16:51]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/513FUzhgEyL.jpg









Titre
: Le souffle suspendu
Auteur: Heather Gudenkauf
Genre: Drame








Quatrième de couverture: Pour les enfants de Broken Branch, dans l’Iowa, c’est le dernier jour de cours avant les vacances. Une journée ordinaire, si ce n’est le froid glacial et la neige, inattendus en ce début de printemps. Une journée comme les autres qui tourne pourtant au cauchemar quand un homme armé s’introduit dans l’école, prenant les élèves et leurs professeurs en otage. A l’intérieur comme à l’extérieur de l’école débute alors une attente terrible et angoissante. 
Face à la peur, face au danger, Holly, Augie, Will, Meg et les autres habitants de Broken Branch vont devoir abandonner toutes leurs certitudes, donner un autre sens à leur vie et poser un regard différent sur ceux qu’ils aiment, parfois si mal. 
Tandis qu’une tempête de neige isole peu à peu la petite ville du reste du monde, tous le savent : plus rien ne sera jamais comme avant à Broken Branch… 
 
Mon avis: J'ai reçu ce livre en cadeau de la part de ma copinaute Elizewyn pour notre swap "Livres et thé".
Elle même envieuse de le lire, nous en avons fait une lecture commune.
 
C'est le dernier jour d'école avant les vacances pour les enfants de Broken Branch. Une journée festive qui tourne au drame lorsqu'un homme armé s'introduit dans l'école prenant en otage enfants et instituteurs. Commence alors une longue attente...
 
J'ai d'abord eu du mal à rentrer dans la dynamique de l'histoire avec des chapitres courts donnant voix à chacun des personnage à tour de rôle. La multitude des personnages m'a quelque peu décontenancée. Les liens entre eux ont eu du mal à devenir limpides dans mon esprit.
 
Une fois tout ça à peu près mis en place, je me suis intéressée à l'effet produit sur moi de cette prise d'otage et je me suis vite rendue compte que je ne ressentais pas cette peur, cette angoisse et cette oppression auxquelles je m'attendais.
Finalement, ce qui se développe le plus, c'est la psychologie des personnages. Leurs questionnements et leurs cheminements sur la vie et leurs remises en question vis à vis de leurs proches. La prise d'otage passe alors au second plan ce qui provoque une certaine lenteur dans le récit.
L'auteur a voulu, sous un regard bienvaillant, revisiter les relations humaines et familiales.
 
L'envie de connaître l'identité du tueur et la façon dont tout ceci va prendre fin, positivement ou pas, arrivent plus tardivement. J'ai quand même fini par repérer son identité avant la fin mais la confirmation s'est fait attendre.
La façon dont l'auteur amène la révélation m'a plu. Le suspens à ce moment précis est palpable et nous tient en haleine jusqu'au nom de la personne qui cette fois ne laisse plus une seule place au doute. 
 
Peu de positif pour cette lecture qui me donnait tellement envie. Je me suis quand même sérieusement attachée à Mme Oliver, qui a eu un courage sans faille pour soutenir jusqu'au bout sa petite classe et Augie, cette petite fille fragile qui va de sacrifice en sacrifice pour rester auprès de ses camarades et de son petit frère.
 
Prochaine lectureJuste avant le bonheur, Agnès Ledig

Lundi 27 novembre 2017 [17:19]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/413ZsCteOfLSX343BO1204203200.jpg








Titre
: Depuis l'au-delà
Auteur: Bernard Werber
Genre: Science-fiction / Polar







Quatrième de couverture: Je me nomme Gabriel Wells.
Je suis écrivain de romans à suspens. Ma nouvelle enquête est un peu particulière car elle concerne le meurtre de quelqu’un que je connais personnellement :
Moi-même.
J’ai été tué dans la nuit et je me demande bien par qui.
Pour résoudre cette énigme j’ai eu la chance de rencontrer Lucy Filipini. 
En tant que médium professionnelle, elle parle tous les jours aux âmes des défunts.
Et c’est ensemble, elle dans le monde matériel, moi dans le monde invisible, que nous allons tenter de percer le mystère de ma mort.
 
Mon avis: L'occasion s'est présentée pour moi de lire ce Werber. Auteur qui m'attirait et m'impressionnait à la fois. Le synopsis m'intéressait et le challenge du "Destockage de PAL en duo" aidant, je me suis lancée.
 
Gabriel Wells, écrivain à succès, se lance dans l'écriture de l'enquête sur sa propre mort. Aidé par la médium Lucy Filipini, ils vont tenter de savoir qui a bien pu arriver à un tel acte et pourquoi. Alors qu'il est dans l'au-delà, elle est dans le monde réel. Peut alors commencer cette recherche plus que particulière.
 
Moi qui ne suis pas fan de la science-fiction, je me suis facilement laissée prendre au jeu du réel VS virtuel. Disons que cela ne m'a pas empêchée de construire mon imaginaire autour de cette histoire. L'auteur n'est pas parti trop loin et hormis ce décalage dimensionnelle, c'est tout ce qu'il y avait d'abstrait.
 
L'histoire en elle-même ne m'a pas plus transportée que ça. L'enquête est même parfois relayée au second plan pour laisser place à l'histoire platonique qui se développe entre les deux personnages principaux. 
L'intervention d'autres personnages s'est fait de manière logique et adaptée.
 
Le dénouement et l'identité du tueur se font attendre. Le suspens et l'envie d'en finir se font ressentir mais pas au point de sacrifier son sommeil pour avancer sur la question. Et quand on y arrive, c'est la déception. Après avoir échafaudé tout un tas de possibilités, celle-ci a le mérite d'être inattendue mais aussi totalement décevante. Je n'ai même pas compris l'intérêt d'écrire un livre qui se voulait original pour servir une fin comme ça.
 
Une autre chose aussi qui a finit par me décevoir et me perdre, ce sont ses références intempestives, à chaque fin de chapitre, sur son Encyclopédie du savoir relatif et absolu et qui ont vite fait d'essoufler le récit. Bien qu'intéressantes scientifiquement mais trop de détails tuent le détail...
 
Ce fût une bonne découverte du point de vue science-fiction mais l'histoire m'a totalement déçue. Et je ne me suis même pas attardée sur les défauts de rythme pour lesquels je suis de plus en plus attentive et exigeante.
 
Prochaine lectureLe souffle suspendu, Heather Gudenkauf

Mercredi 8 novembre 2017 [18:57]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/81IiuMzsmUL.jpg








Titre
: Angélina, T1: Les mains de la vie
Auteur: Marie-Bernadette Dupuy
Genre: Romance

 



 
/!\ Risque de spoil dans la quatrième /!\


Quatrième de couverture: Pyrénées, 1878. Angélina n'a qu'une ambition depuis qu'elle est petite : devenir sage-femme, comme l’était sa mère, morte tragiquement. Abandonnée par l’homme qu’elle aime alors qu’elle est enceinte, la jeune fille se résigne à confier son enfant à une nourrice afin de pouvoir devenir élève sage-femme à l'hôtel-Dieu Saint-Jacques de Toulouse et obtenir son diplôme. Dans cet établissement réputé, elle rencontre un médecin dont elle devient la femme. Mais sa belle-famille la regarde de haut, et Angélina, malgré l'aisance matérielle dont elle jouit, comprend qu'elle n'est pas faite pour la vie mondaine. Elle décide de retourner dans sa région natale pour y exercer son métier.
 
Mon avis: C'est avec cette deuxième saga que je continue à lire la bibliographie de ma chère MBD...
Ce premier tome a été lu en LC avec ma copinaute De-pages-en-pages et ma meilleure amie Claire viendra nous rejoindre un peu plus tard ;)

Angélina n'a qu'un seul rêve, devenir Sage-Femme, comme sa mère qui lui a transmis l'amour de ce métier au contact des femmes. C'est ainsi qu'elle va tout faire pour s'en donner les moyens. Mais le chemin est long et semé d'embûches. Angélina ne va pouvoir compter que sur elle si elle veut un jour marcher sur les traces de sa mère bien aimée...

Je vais répondre à une de vos question dès maintenant. La première saga que j'ai lu de MBD, L'Orpheline des neiges, est ma préférée. Parce qu'il y a une histoire familiale très intense, des personnages très attachants et une atmosphère envoûtante. Non pas qu'on ne retrouve pas tout ça ici mais peut être un cran en dessous. Et puis L'Orpheline, c'est avant tout une histoire de coeur. Parce que c'est grâce à elle que j'ai découvert cette auteure qui deviendra mon idole.

On retrouve le même mode opératoire que je connais. Plein de personnages liés d'amour ou d'amitié. Des intrus venant semer le trouble. Des histoires et des destinées qui s'entremêlent et qu'on attend de voir évoluer avec la plus grande impatience.
Dans ce premier tome, tout se met en place progressivement. Mais ça nous suffit à nous embarquer et nous attacher. Tous ces personnages deviennent tour à tour notre meilleure amie, notre mère ou notre futur mari. MBD joue sur cette approche pour nous prendre dans ses filets. Leurs devenirs nous concernent et on veut qu'il leur arrive ce qu'il y a de meilleur. Mais ce n'est pas si facile et il va falloir composer avec le bien et le mal.

Ce que je vous ai pas dit, et j'aurais dû commencer par là, c'est qu'il ne faut JAMAIS lire les quatrièmes de couv'. Au risque de vous faire méchamment spoiler. Et vu que les cordonniers sont les plus mal chaussés, c'est ce qu'il m'est arrivé. Avec JUSTE la première phrase de la quatrième du T3 ><
Si je vous dis ça c'est parce que cela a eu des répercussions sur ma lecture... Et je le regrette terriblement. 
Je n'ai pas réussi à m'en défaire puisqu'il concerne un personnage principal. C'est comme ça. Du coup je pense avoir une image différente mais peu importe, je vais devoir faire avec.

Une légère déception cependant. J'aurais souhaité que le côté "sage-femme" soit un peu plus développé. Nous passons très peu de temps à l'école aux côtés d'Angélina. Mais peut être qu'avec le temps, elle nous partagera un peu plus son métier.

J'ai adoré retrouver ce côté chaleureux et enveloppant. Je savais que je ne serai pas déçue, la question ne se pose même plus. Cette saga familiale romancée nous propulse encore dans les méandres des relations humaines avec cette écriture ensorcelante dont seule MBD en a le secret.
Une excellente première impression pour le premier tome de cette deuxième saga qui je n'en doute pas, me réserve encore de très belles heures de lecture...
 
Prochaine lectureDepuis l'au delà, Bernard Werber

Samedi 28 octobre 2017 [18:11]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/51GIxJ9sn0L.jpg






Titre
: Club privé
Auteur: Gil Debrisac
Genre: Érotique











Quatrième de couverture: Xavier est un jeune célibataire oisif, héritier d’une belle fortune lui permettant de réaliser tous ses caprices. Doté d’une imagination perverse mais aussi d’un profond machiavélisme, il ouvre un club privé très sélect pour embaucher sa tante Claire dont il est secrètement amoureux.
La nuit de l’inauguration du « Club Privé », elle devient la maîtresse de Xavier, sous les yeux de son mari. Par jeu, mais surtout par goût pour les aventures sexuelles hors normes, elle se soumet à tous les désirs, même les plus pervers, de son neveu, dans des soirées orgiaques où toutes les dérives  sont permises.
 
Mon avis: Lorsque j'ai vu une nouvelle parution de Debrisac, je n'ai pas hésité une seule seconde et... pas déçue je suis !

Xavier a l'idée d'ouvrir un club très privé et y embauche Claire, sa tante qui éveille ses fantasmes. Celle-ci, docile à souhait va lui obéir au doigt et l'oeil. Ce qui donne lieu à des soirées plutôt ... libérées.

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu de livre érotique. Que dire, pornographique. Debrisac ne fait pas dans la dentelle. Sur la lignée d'Esparbec, dit-on. Et j'aime beaucoup !
Les scènes sont très explicites, variées et il y en a pour tous les goûts. Toutes les combinaisons sont possibles et nous ne sommes pas au bout de nos surprises ! Il faut se le dire, elles sont omniprésentes et très bien détaillées. Mais ici, on ne baise pas pour baiser. Pas d'orgie ni de surabondance. Juste ce qu'il faut pour titiller sans frustrer le lecteur.

Même l'histoire de fond est cohérente, elle guide ces ébats on ne peut plus excitants. On explore la sexualité du couple, l'inceste, le libertinage, le voyeurisme...
Toutes les pratiques sexuelles ne sont pas représentées mais elles sont à la hauteur d'une société dans les normes. Celle dans laquelle on s'identifie aisément.

L'inceste est présent. Mais pas de manière démesurée et dépravée. Juste ce qu'il faut pour pimenter la sexualité de nos personnages et faire avancer l'histoire. Je l'ai accepté comme de la fiction. Et ça fait son petit effet.

La fin ne m'a pas plu plus que ça mais peu importe, j'ai eu ce que je voulais tout au long de ces 200 pages.

Merci aux éditions La Musardine pour cette lecture plus que sympathique !
 
Prochaine lectureAngélina, tome 1: Les mains de la vie, Marie-Bernadette Dupuy
Créer un podcast