"La lecture est une amitié" - Marcel Proust

Lundi 12 juin 2017 [18:16]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/41RGePEkTOL.jpg







Titre
: Action ! Coupez !
Auteur: Alexia Bellair
Genre: Polar/Thriller







Quatrième de couvertureNous sommes dans les années 70. Patrick se rend à l'aéroport JFK pour accueillir son ex femme Nicole. Le jour prévu, Nicole n'est pas là. Sans doute a-t-elle ses raisons et Patrick se rassure. Son ami et associé Marc profite d'un séjour à Paris pour tenter de la contacter. Bientôt vont commencer des recherches dépassant ses compétences…
L'enquête prendra alors une tournure officielle et nous tiendra en haleine par des situations pleines de rebondissements, des personnages riches par leurs travers et leur authenticité. Tout au cours de l'intrigue et jusqu'à la dernière page, on élabore un scénario qui n'est pas forcément le bon.
 
Mon avis: Nicole et Patrick sont divorcés mais ils ont l'habitude de se revoir de temps. Alors qu'elle devait atterrir à l'aéroport de JFK, Nicole n'arrivera jamais. Marc, en vacances à Paris va s'occuper d'élucider cette absence directement sur place...

Lu en un après-midi, il m'a bien divertie. Une petite enquête toute simple, sans fioritures qui ne prétend pas être à la hauteur des grands de la littérature mais qu'on lit avec plaisir et détente.
On entre dans l'enquête sans mal, directement happé, on se laisse embarquer dans le mystère. Plusieurs intrigues apparaissent et on se doute bien qu'elles vont se rejoindre mais où, quand et comment ? C'est très efficace. Ça se lit très bien.

Les personnages tiennent leur place. Ils évoluent en couple. Que ce soit amoureux ou d'amitié. On vogue des uns aux autres, toujours en se demandant quels sont les liens entre eux tous. Si vous êtes friands de potins, d'affaires de couples et de secrets entre voisins, vous serrez servis !

Seul petit bémol, l'application certaine de l'auteure à nous mener vers de fausses pistes. Peut être un peu trop. Cette insistance à nous obliger à nous interroger sur telles ou telles voies, alors qu'on sait pertinemment que là n'est pas la clef de l'énigme, finit par être légèrement lourde. Mais ça ne gâche en rien le plaisir de la lecture et la curiosité naturellement induite à connaître le fin mot de l'histoire.
Une chose est sûre, je n'y avais encore vu que du feu !
 
Prochaine lectureHarry Potter et l'enfant maudit, J.K. Rowling

Dimanche 11 juin 2017 [22:47]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/91ZPVeSlM8L.jpg







Titre
: Joyeux suicide et bonne année !
Auteur: Sophie de Villenoisy
Genre: Humour









Quatrième de couverture:
«Tu fais quoi à Noël ? 
Moi je me suicide et toi ? 
 
Bien sûr, dit comme ça, ça peut paraître sinistre, mais à quarante-cinq ans c’est ma meilleure option. Ce n’est pas comme si je faisais des malheureux autour de moi. Comme si j’abandonnais mari et enfants. Je n’ai ni chien ni chat. Même pas un perroquet pour me pleurer. 
Et puis ça me laisse deux mois pour faire connaissance avec mon vrai moi. 
Deux mois c’est court. Ou long, ça dépend de ce qui se passe, en fait. 
 
Mon avis: Sylvie, 45 ans, vient de perdre son père. Célibataire endurcie, n'ayant plus goût à la vie, elle est plus que jamais décidée à mettre fin à ses jours le 25 décembre. Mais avant ça, elle va voir un psy. Histoire d'être sûre. Ce dernier lui donne quelques défis à réaliser qui vont lui permettre de dépasser ses limites. Et là voilà qui se retrouve dans des situations plus périlleuses et cocasses les unes que les autres. Et qu'est ce qu'on s'marre ! 

J'avais besoin de souffler, de rire, de me détendre et bien cette petite lecture est tombée à pique ! Les petits exercices du psy servent à la fois à Sylvie, pour l'aider à reprendre confiance, se découvrir sous un autre angle et voir jusqu'où elle peut aller mais aussi pour intégrer l'humour en contradiction avec ce thème dramatique qu'est l'envie de mourir. C'était osé mais très bien joué !
J'ai passé un agréable moment de lecture. Où toutes les émotions y passent. Tantôt triste, tantôt joyeux, on s'attache sans mal à ce petit bout de femme qui reflète ce que nous n'aimerions pas devenir.

La deuxième partie est plus touchante. Les émotions plus posées ressortent et c'est une autre femme que l'on voit évoluer. 

Un petit livre à déguster très frais et qui se mange sans faim !
 
Prochaine lectureAction ! Coupez ! Alexia Bellair

Mardi 6 juin 2017 [15:29]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/61qwWCcJBL.jpg









Titre
: Psychose
Auteur: Robert Bloch
Genre: Horreur







Quatrième de couverture: Sa mère est folle : Norman le sait, mais il l'aime trop pour l'envoyer à l'asile. Alors il se débarrasse des cadavres... Mary vient de dérober 40 000 dollars à son patron. Partie retrouver son fiancé, elle s'arrête pour la nuit dans un motel isolé. Le propriétaire, un grand garçon à l'air timide, finit par accepter de lui donner une chambre. Epuisée par dix-huit heures de route, elle décide de s'accorder une douche bien méritée..
 
Mon avis: Deuxième thriller à la suite. Psychose est le livre qui a inspiré Hitchock pour son film d’horreur du même nom. Je l’avais déjà vu il y a quelques années et friande de frissons, j’avais très envie de lire le livre. Malheureusement, comme tout livre lu après le film, la magie n’a pas opéré comme elle aurait dû. Il faut dire que passer après Hitchock n’est pas une tâche aisée. Et j’attendais sûrement beaucoup trop du livre…
 
Mary vient de voler 40 000 dollars. Épuisée par la route, elle s’arrête dans un motel. Sous la douche, quelqu’un l’observe...
 
Je ne sais pas si c’est le livre en lui même ou si c’est mon souvenir de la fin qui a gâché ma lecture mais toujours est-il que j’ai été déçue. Je m’attendais à tellement mieux… Encore une fois je voulais de la peur, de l’angoisse, de la psychiatrie et finalement j’ai eu droit à... du plat.
 
La relation entre Norman et sa mère est assez développée. Elle est celle d’une mère et d’un fils fusionnels avec tous les travers que cela peut engendrer. On perçoit les clients de l’hôtel comme les perturbateurs de cette relation.
Il a manqué à tous les personnages de la substance. L’histoire était presque fade et sans saveur.
 
J’ai lu le livre avec cette image de la fin. Je pense que d’un point de vue neutre, il est difficile d’imaginer comment cela peut se terminer. Quoi que. Mais pour moi c’était déjà trop tard. Je n’ai cessé ensuite, à défaut d’avoir une histoire oppressante, d’attendre l’apothéose de la fin et encore une fois j’ai été terriblement frustrée puisque finalement, je m’y attendais.
 
Si vous souhaitez vivre l’expérience, dirigez-vous plutôt vers le film qui je l’espère sera plus à la hauteur de vos attentes.
 
Prochaine lecture: Joyeux suicide et bonne année ! Sophie de Villenoisy

Lundi 5 juin 2017 [18:46]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/819gIAFpQBL.jpg










Titre
: Tu me plais 
Auteur: Jacques Expert
Genre: Thriller







Quatrième de couverture: Quand, par une succession de hasards, Vincent se retrouve assis face à Stéphanie sur la ligne 1 du métro parisien, la scène a tout d’une belle rencontre. La jeune femme tombe immédiatement sous son charme ; lui, semble fasciné par le galbe et la finesse de son cou. Mais ce coup de foudre pourrait bien se révéler fatal... Car, sous ses airs enjôleurs, Vincent dissimule de terrifiantes pulsions. Hasard de l’existence ou force du destin, comment sauver Stéphanie des griffes de ce funeste séducteur ?
 
Mon avis: Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de thriller. Et j’en avais très envie. Mana m’a choisi celui-ci pour mon challenge pioche dont la couverture allait parfaitement bien avec le thème du voyage.
Expert était une valeur sure puisque je l’avais découvert avec La femme du monstre que j’avais bien aimé. Et puis j’ai continué à en entendre du bien, pour son univers glauque et oppressant. Tout ce que je recherche dans ces lectures.
 
Vincent et Stéphanie se rencontrent sur la ligne 1 du métro. Sous le charme l’un de l’autre, ils font plus ample connaissance. Pour corser l’affaire, elle est fiancée.
Très vite, on nous explique que Vincent a eu une enfance difficile et que sa haine pour les femmes s’est développée petit à petit. Stéphanie est en danger.
 
Ce roman est court, moins de 200 pages. Difficile dans ces conditions de s’attarder à construire une ambiance malsaine. Il y a peu d’actions mais les événements s’enchaînent rapidement. Le fil de l’histoire court vite et c’est une vraie course contre la montre qui s’engage. On a peur pour Stéphanie. Non seulement pour son couple dans un premier temps, puis pour sa vie.
Je regrette l’absence d’enveloppement. J’ai gardé la curiosité de savoir comment tout ça allait se terminer mais je reste tout de même sur ma faim par rapport à cette atmosphère que j’aurais voulu plus prenante et angoissante.
 
Prochaine lecturePsychose, Robert Bloch

Mardi 23 mai 2017 [12:20]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/41zaWSV3GRLSX303BO1204203200.jpg







Titre
: L'enfant au bout de la plage
Auteur: Linda Olsson
Genre: Drame








Quatrième de couverture: Marion Flint, la cinquantaine, vit seule sur une côte sauvage de Nouvelle-Zélande. Un matin, alors qu'elle se promène sur la plage pour y ramasser le bois flotté qui servira à ses sculptures, elle découvre un garçon de 6 ans. 
Ika et Marion vont d'abord apprendre à s'apprivoiser, avant que naisse, entre cet enfant à part et cette femme meurtrie, une singulière histoire d'amitié. Au cours de ce cheminement, Marion va se remémorer son passé – avant que la vie ne la brise, quand elle s'appelait Marianne et habitait en Suède – et tenter, enfin, de se réinventer... 
 
Mon avis: J'avais trouvé ce livre par hasard alors je me le suis pris. Et c'est Mana, ma binômette de mon challenge "Pioche" qui s'est chargée de me le faire lire.

Marion vit seule sur une côté sauvage de la Nouvelle-Zélande. Chaque jeudi, Ika, un petit garçon espiègle vient lui rendre visite et ensemble, ils partagent de délicieux moments de complicité. Semaine après semaine, cette relation se développe et un véritable attachement voit le jour.

Je ressors perplexe de cette lecture qui avait tout pour me toucher. Malheureusement la magie n'a pas opérée et... c'est frustrant.

Marion nous raconte cette histoire d'amitié, avec Ika, petit garçon particulier, sorti de nulle part.
Parallèlement, elle nous raconte Marianne, celle qu'elle a été avant d'être celle qu'elle est devenue aujourd'hui.

Bien que sujet sensible que cette rétrospective, l'écriture ne m'a pas touchée. Les mots ne m'ont pas pénétrée.
J'ai eu du mal aussi avec les allers-retours dans le temps. Surtout qu'il n'y a aucun lien chronologique entre eux. Malgré toutes les douleurs, la sensibilité de Marion, la souffrance d'Ika et les drames, je n'ai pas adhéré à cette quête d'identité, cette reconstruction.

Le récit est triste. Il est fait de bouleversements, de drames et laisse peu de place à l'espoir, à la vie. J'aurais voulu apercevoir la lumière. Sans en faire un récit pathétique, il reste dur.

La fin s'adoucit un peu. J'ai quand même été poussée par la curiosité de savoir comment tout cela allait se terminer...
 
Prochaine lectureTu me plais, Jacques Expert
Créer un podcast