"La lecture est une amitié" - Marcel Proust

Lundi 27 novembre 2017 [17:19]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/413ZsCteOfLSX343BO1204203200.jpg








Titre
: Depuis l'au-delà
Auteur: Bernard Werber
Genre: Science-fiction / Polar







Quatrième de couverture: Je me nomme Gabriel Wells.
Je suis écrivain de romans à suspens. Ma nouvelle enquête est un peu particulière car elle concerne le meurtre de quelqu’un que je connais personnellement :
Moi-même.
J’ai été tué dans la nuit et je me demande bien par qui.
Pour résoudre cette énigme j’ai eu la chance de rencontrer Lucy Filipini. 
En tant que médium professionnelle, elle parle tous les jours aux âmes des défunts.
Et c’est ensemble, elle dans le monde matériel, moi dans le monde invisible, que nous allons tenter de percer le mystère de ma mort.
 
Mon avis: L'occasion s'est présentée pour moi de lire ce Werber. Auteur qui m'attirait et m'impressionnait à la fois. Le synopsis m'intéressait et le challenge du "Destockage de PAL en duo" aidant, je me suis lancée.
 
Gabriel Wells, écrivain à succès, se lance dans l'écriture de l'enquête sur sa propre mort. Aidé par la médium Lucy Filipini, ils vont tenter de savoir qui a bien pu arriver à un tel acte et pourquoi. Alors qu'il est dans l'au-delà, elle est dans le monde réel. Peut alors commencer cette recherche plus que particulière.
 
Moi qui ne suis pas fan de la science-fiction, je me suis facilement laissée prendre au jeu du réel VS virtuel. Disons que cela ne m'a pas empêchée de construire mon imaginaire autour de cette histoire. L'auteur n'est pas parti trop loin et hormis ce décalage dimensionnelle, c'est tout ce qu'il y avait d'abstrait.
 
L'histoire en elle-même ne m'a pas plus transportée que ça. L'enquête est même parfois relayée au second plan pour laisser place à l'histoire platonique qui se développe entre les deux personnages principaux. 
L'intervention d'autres personnages s'est fait de manière logique et adaptée.
 
Le dénouement et l'identité du tueur se font attendre. Le suspens et l'envie d'en finir se font ressentir mais pas au point de sacrifier son sommeil pour avancer sur la question. Et quand on y arrive, c'est la déception. Après avoir échafaudé tout un tas de possibilités, celle-ci a le mérite d'être inattendue mais aussi totalement décevante. Je n'ai même pas compris l'intérêt d'écrire un livre qui se voulait original pour servir une fin comme ça.
 
Une autre chose aussi qui a finit par me décevoir et me perdre, ce sont ses références intempestives, à chaque fin de chapitre, sur son Encyclopédie du savoir relatif et absolu et qui ont vite fait d'essoufler le récit. Bien qu'intéressantes scientifiquement mais trop de détails tuent le détail...
 
Ce fût une bonne découverte du point de vue science-fiction mais l'histoire m'a totalement déçue. Et je ne me suis même pas attardée sur les défauts de rythme pour lesquels je suis de plus en plus attentive et exigeante.
 
Prochaine lectureLe souffle suspendu, Heather Gudenkauf

Mercredi 8 novembre 2017 [18:57]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/81IiuMzsmUL.jpg








Titre
: Angélina, T1: Les mains de la vie
Auteur: Marie-Bernadette Dupuy
Genre: Romance

 



 
/!\ Risque de spoil dans la quatrième /!\


Quatrième de couverture: Pyrénées, 1878. Angélina n'a qu'une ambition depuis qu'elle est petite : devenir sage-femme, comme l’était sa mère, morte tragiquement. Abandonnée par l’homme qu’elle aime alors qu’elle est enceinte, la jeune fille se résigne à confier son enfant à une nourrice afin de pouvoir devenir élève sage-femme à l'hôtel-Dieu Saint-Jacques de Toulouse et obtenir son diplôme. Dans cet établissement réputé, elle rencontre un médecin dont elle devient la femme. Mais sa belle-famille la regarde de haut, et Angélina, malgré l'aisance matérielle dont elle jouit, comprend qu'elle n'est pas faite pour la vie mondaine. Elle décide de retourner dans sa région natale pour y exercer son métier.
 
Mon avis: C'est avec cette deuxième saga que je continue à lire la bibliographie de ma chère MBD...
Ce premier tome a été lu en LC avec ma copinaute De-pages-en-pages et ma meilleure amie Claire viendra nous rejoindre un peu plus tard ;)

Angélina n'a qu'un seul rêve, devenir Sage-Femme, comme sa mère qui lui a transmis l'amour de ce métier au contact des femmes. C'est ainsi qu'elle va tout faire pour s'en donner les moyens. Mais le chemin est long et semé d'embûches. Angélina ne va pouvoir compter que sur elle si elle veut un jour marcher sur les traces de sa mère bien aimée...

Je vais répondre à une de vos question dès maintenant. La première saga que j'ai lu de MBD, L'Orpheline des neiges, est ma préférée. Parce qu'il y a une histoire familiale très intense, des personnages très attachants et une atmosphère envoûtante. Non pas qu'on ne retrouve pas tout ça ici mais peut être un cran en dessous. Et puis L'Orpheline, c'est avant tout une histoire de coeur. Parce que c'est grâce à elle que j'ai découvert cette auteure qui deviendra mon idole.

On retrouve le même mode opératoire que je connais. Plein de personnages liés d'amour ou d'amitié. Des intrus venant semer le trouble. Des histoires et des destinées qui s'entremêlent et qu'on attend de voir évoluer avec la plus grande impatience.
Dans ce premier tome, tout se met en place progressivement. Mais ça nous suffit à nous embarquer et nous attacher. Tous ces personnages deviennent tour à tour notre meilleure amie, notre mère ou notre futur mari. MBD joue sur cette approche pour nous prendre dans ses filets. Leurs devenirs nous concernent et on veut qu'il leur arrive ce qu'il y a de meilleur. Mais ce n'est pas si facile et il va falloir composer avec le bien et le mal.

Ce que je vous ai pas dit, et j'aurais dû commencer par là, c'est qu'il ne faut JAMAIS lire les quatrièmes de couv'. Au risque de vous faire méchamment spoiler. Et vu que les cordonniers sont les plus mal chaussés, c'est ce qu'il m'est arrivé. Avec JUSTE la première phrase de la quatrième du T3 ><
Si je vous dis ça c'est parce que cela a eu des répercussions sur ma lecture... Et je le regrette terriblement. 
Je n'ai pas réussi à m'en défaire puisqu'il concerne un personnage principal. C'est comme ça. Du coup je pense avoir une image différente mais peu importe, je vais devoir faire avec.

Une légère déception cependant. J'aurais souhaité que le côté "sage-femme" soit un peu plus développé. Nous passons très peu de temps à l'école aux côtés d'Angélina. Mais peut être qu'avec le temps, elle nous partagera un peu plus son métier.

J'ai adoré retrouver ce côté chaleureux et enveloppant. Je savais que je ne serai pas déçue, la question ne se pose même plus. Cette saga familiale romancée nous propulse encore dans les méandres des relations humaines avec cette écriture ensorcelante dont seule MBD en a le secret.
Une excellente première impression pour le premier tome de cette deuxième saga qui je n'en doute pas, me réserve encore de très belles heures de lecture...
 
Prochaine lectureDepuis l'au delà, Bernard Werber

Samedi 28 octobre 2017 [18:11]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/51GIxJ9sn0L.jpg






Titre
: Club privé
Auteur: Gil Debrisac
Genre: Érotique











Quatrième de couverture: Xavier est un jeune célibataire oisif, héritier d’une belle fortune lui permettant de réaliser tous ses caprices. Doté d’une imagination perverse mais aussi d’un profond machiavélisme, il ouvre un club privé très sélect pour embaucher sa tante Claire dont il est secrètement amoureux.
La nuit de l’inauguration du « Club Privé », elle devient la maîtresse de Xavier, sous les yeux de son mari. Par jeu, mais surtout par goût pour les aventures sexuelles hors normes, elle se soumet à tous les désirs, même les plus pervers, de son neveu, dans des soirées orgiaques où toutes les dérives  sont permises.
 
Mon avis: Lorsque j'ai vu une nouvelle parution de Debrisac, je n'ai pas hésité une seule seconde et... pas déçue je suis !

Xavier a l'idée d'ouvrir un club très privé et y embauche Claire, sa tante qui éveille ses fantasmes. Celle-ci, docile à souhait va lui obéir au doigt et l'oeil. Ce qui donne lieu à des soirées plutôt ... libérées.

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu de livre érotique. Que dire, pornographique. Debrisac ne fait pas dans la dentelle. Sur la lignée d'Esparbec, dit-on. Et j'aime beaucoup !
Les scènes sont très explicites, variées et il y en a pour tous les goûts. Toutes les combinaisons sont possibles et nous ne sommes pas au bout de nos surprises ! Il faut se le dire, elles sont omniprésentes et très bien détaillées. Mais ici, on ne baise pas pour baiser. Pas d'orgie ni de surabondance. Juste ce qu'il faut pour titiller sans frustrer le lecteur.

Même l'histoire de fond est cohérente, elle guide ces ébats on ne peut plus excitants. On explore la sexualité du couple, l'inceste, le libertinage, le voyeurisme...
Toutes les pratiques sexuelles ne sont pas représentées mais elles sont à la hauteur d'une société dans les normes. Celle dans laquelle on s'identifie aisément.

L'inceste est présent. Mais pas de manière démesurée et dépravée. Juste ce qu'il faut pour pimenter la sexualité de nos personnages et faire avancer l'histoire. Je l'ai accepté comme de la fiction. Et ça fait son petit effet.

La fin ne m'a pas plu plus que ça mais peu importe, j'ai eu ce que je voulais tout au long de ces 200 pages.

Merci aux éditions La Musardine pour cette lecture plus que sympathique !
 
Prochaine lectureAngélina, tome 1: Les mains de la vie, Marie-Bernadette Dupuy

Lundi 23 octobre 2017 [17:39]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/71EmHjtMBmL.jpg








Titre
: Toi
Auteur: Zoran Drvenkar
Genre: Polar / Thriller










Quatrième de couverture: Imagine une tempête de neige sur l'autoroute, un bouchon de plusieurs kilomètres, aucune visibilité. Un homme sort de sa voiture et assassine froidement et méticuleusement, à mains nues, vingt-six personnes dans les véhicules alentour. C'est le début d'une série de meurtres sans mobile apparent commis par celui que la presse surnomme bientôt « le Voyageur ».
Imagine cinq adolescentes. Cinq amies – avec leurs espoirs et leurs peurs, leurs envies et leurs problèmes – que rien ne peut séparer et qui vont devoir affronter le pire. Prises en chasse par un homme à qui tu ne voudrais pas avoir affaire, elles se jettent dans une fuite en avant désespérée.
Imagine enfin un hôtel isolé en Norvège, où se déroule l’ultime confrontation dans un dénouement qui te laissera sans voix.
 
Mon avis: Lu en LC avec C'era, c'était un ascenseur émotif littéraire...

"Le Voyageur", bloqué dans une tempête de neige et qui assassine de sang froid toutes les personnes se trouvant dans les véhicules alentours.
Cinq jeunes filles inséparables qui se retrouvent mêlées à une affaire dont elles se seraient bien passé.
Des hommes qui semblent sans histoire.
Et le huit clos peut commencer...

Si le début m'a aspirée tel un gouffre sans fond avec une narration des plus originale à la deuxième personne du singulier, la suite m'a totalement larguée...

Ça commençait sur les chapeaux de roues. Une narration très particulière à la deuxième personne qui nous plonge directement et successivement dans la peau de nos personnages. Trois intrigues décousues mais qui, on le sent dès le début, ont un lien étroit. Alors on attend, on observe, tout en étant on ne peut plus impliqué. J'ai eu la chair de poule avec ce décor planté dans lequel j'avançais à reculons.
Les liens se font, tranquillement mais sûrement. Amenés de manière très subtile, comme j'aime. J'avais atteint l'apogée de ma lecture.

Puis tout d'un coup, j'ai perdu le fil. L'auteur est allé trop loin et je me suis égarée. Trop de longueurs, trop de personnages, trop de manières et de sous entendus. Je ne m'y retrouvais plus. Je me suis accrochée jusqu'au bout, pensant raccrocher les wagons et en fait non, ça n'a pas collé.
L'histoire de fond ne m'a pas emballée plus que ça alors ça n'a pas aidé à mon adhésion au récit.

Je ne lis pas un livre pour me torturer l'esprit ni pour me concentrer autant. Du coup je n'ai certainement pas compris et atteint le dénouement avec la force qu'il fallait. C'est dommage mais à trop vouloir en faire, j'ai été mis sur le banc de touche..
 
Prochaine lectureClub privé, Gil Debrisac

Mardi 17 octobre 2017 [17:37]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/51KOfw6FJ6L.jpg








Titre
: La maison de l'orchidée
Auteur: Lucinda Riley
Genre: Drame









Quatrième de couverture: Dans son enfance, Julia Forrester a passé des moments idylliques dans le parc de Wharton Park. Un immense et magnifique domaine où son grand-père était chargé de prendre soin des orchidées. Des années plus tard, Julia est devenue une pianiste de renommée mondiale. Alors qu'elle fait face à une tragédie personnelle, elle revient sur les traces de son enfance et renoue avec Christopher, l'héritier de Wharton Park. Un journal intime, écrit dans les années 1940 par le grand-père de Julia, est découvert lors de travaux de rénovation. Quels mystères renferment ces pages ? Dans les méandres de l'histoire de deux familles ravagées par la guerre, Julia va découvrir de sombres secrets qui vont bouleverser sa vie.
 
Mon avis: Plus d'un an que ce livre était dans ma PAL, il était temps de le sortir ! C'est chose faite et... derrière ces pages se cachait un coup de coeur ! *_*

Julia Forrester n'est pas épargnée par la vie, elle vient de vivre un drame personnel. C'est alors qu'elle revient sur les pas de son enfance, à Wharton Park, où elle fait plus ample connaissance avec Christopher, l'héritier de ce domaine qui a vu naître l'amour entre ses grands-parents...

Comment vous livrer mes impressions sur ce merveilleux livre... L'histoire est magnifiquement touchante. Du début à la fin. Je me suis attachée à tous les personnages, sans exception. Étalée sur plusieurs générations, on entre dans l'histoire contée d'une grand-mère torturée à sa petite fille... Les flash back nous renvoient bien des années plus tôt où tout s'est joué... On découvre les secrets de cette famille et par la même, les origines de chacun. Ce sont des choses auxquelles on ne s'attend pas. Les apparences sont parfois trompeuses et jusqu'au bout on est dans l'attente et l'émotion.
Les rebondissements ne manquent pas. Jusqu'à la dernière minute. Ça vient de là où l'on s'y attend le moins. Et pour notre plus grand plaisir, ça nous surprend toujours.

Mêlant le passé et le présent de façon magistrale Lucinda Riley nous fait réellement vibrer. L'écriture est tout ce qu'il y a de plus doux, de plus explicite et de plus appropriée avec l'atmosphère que mérite ce roman. Il se dégage une telle honnêteté...

J'ai été littéralement transportée dans leur univers. J'ai totalement adhéré à cette saga familiale envoûtante à souhait. Pas de longueurs, pas de colmatages inutiles. Tout dans la simplicité, la finesse et la profondeur.

Au vu des frissons qui ont accompagné la fermeture de mon livre, c'est un véritable coup de coeur ! À lire d'urgence je vous prie !
 
Prochaine lectureToi, Zoran Drvenkar
Créer un podcast