"La lecture est une amitié" - Marcel Proust

Lundi 23 octobre 2017 [17:39]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/71EmHjtMBmL.jpg








Titre
: Toi
Auteur: Zoran Drvenkar
Genre: Polar / Thriller










Quatrième de couverture: Imagine une tempête de neige sur l'autoroute, un bouchon de plusieurs kilomètres, aucune visibilité. Un homme sort de sa voiture et assassine froidement et méticuleusement, à mains nues, vingt-six personnes dans les véhicules alentour. C'est le début d'une série de meurtres sans mobile apparent commis par celui que la presse surnomme bientôt « le Voyageur ».
Imagine cinq adolescentes. Cinq amies – avec leurs espoirs et leurs peurs, leurs envies et leurs problèmes – que rien ne peut séparer et qui vont devoir affronter le pire. Prises en chasse par un homme à qui tu ne voudrais pas avoir affaire, elles se jettent dans une fuite en avant désespérée.
Imagine enfin un hôtel isolé en Norvège, où se déroule l’ultime confrontation dans un dénouement qui te laissera sans voix.
 
Mon avis: Lu en LC avec C'era, c'était un ascenseur émotif littéraire...

"Le Voyageur", bloqué dans une tempête de neige et qui assassine de sang froid toutes les personnes se trouvant dans les véhicules alentours.
Cinq jeunes filles inséparables qui se retrouvent mêlées à une affaire dont elles se seraient bien passé.
Des hommes qui semblent sans histoire.
Et le huit clos peut commencer...

Si le début m'a aspirée tel un gouffre sans fond avec une narration des plus originale à la deuxième personne du singulier, la suite m'a totalement larguée...

Ça commençait sur les chapeaux de roues. Une narration très particulière à la deuxième personne qui nous plonge directement et successivement dans la peau de nos personnages. Trois intrigues décousues mais qui, on le sent dès le début, ont un lien étroit. Alors on attend, on observe, tout en étant on ne peut plus impliqué. J'ai eu la chair de poule avec ce décor planté dans lequel j'avançais à reculons.
Les liens se font, tranquillement mais sûrement. Amenés de manière très subtile, comme j'aime. J'avais atteint l'apogée de ma lecture.

Puis tout d'un coup, j'ai perdu le fil. L'auteur est allé trop loin et je me suis égarée. Trop de longueurs, trop de personnages, trop de manières et de sous entendus. Je ne m'y retrouvais plus. Je me suis accrochée jusqu'au bout, pensant raccrocher les wagons et en fait non, ça n'a pas collé.
L'histoire de fond ne m'a pas emballée plus que ça alors ça n'a pas aidé à mon adhésion au récit.

Je ne lis pas un livre pour me torturer l'esprit ni pour me concentrer autant. Du coup je n'ai certainement pas compris et atteint le dénouement avec la force qu'il fallait. C'est dommage mais à trop vouloir en faire, j'ai été mis sur le banc de touche..
 
Prochaine lectureClub privé, Gil Debrisac

Mardi 17 octobre 2017 [17:37]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/51KOfw6FJ6L.jpg








Titre
: La maison de l'orchidée
Auteur: Lucinda Riley
Genre: Drame









Quatrième de couverture: Dans son enfance, Julia Forrester a passé des moments idylliques dans le parc de Wharton Park. Un immense et magnifique domaine où son grand-père était chargé de prendre soin des orchidées. Des années plus tard, Julia est devenue une pianiste de renommée mondiale. Alors qu'elle fait face à une tragédie personnelle, elle revient sur les traces de son enfance et renoue avec Christopher, l'héritier de Wharton Park. Un journal intime, écrit dans les années 1940 par le grand-père de Julia, est découvert lors de travaux de rénovation. Quels mystères renferment ces pages ? Dans les méandres de l'histoire de deux familles ravagées par la guerre, Julia va découvrir de sombres secrets qui vont bouleverser sa vie.
 
Mon avis: Plus d'un an que ce livre était dans ma PAL, il était temps de le sortir ! C'est chose faite et... derrière ces pages se cachait un coup de coeur ! *_*

Julia Forrester n'est pas épargnée par la vie, elle vient de vivre un drame personnel. C'est alors qu'elle revient sur les pas de son enfance, à Wharton Park, où elle fait plus ample connaissance avec Christopher, l'héritier de ce domaine qui a vu naître l'amour entre ses grands-parents...

Comment vous livrer mes impressions sur ce merveilleux livre... L'histoire est magnifiquement touchante. Du début à la fin. Je me suis attachée à tous les personnages, sans exception. Étalée sur plusieurs générations, on entre dans l'histoire contée d'une grand-mère torturée à sa petite fille... Les flash back nous renvoient bien des années plus tôt où tout s'est joué... On découvre les secrets de cette famille et par la même, les origines de chacun. Ce sont des choses auxquelles on ne s'attend pas. Les apparences sont parfois trompeuses et jusqu'au bout on est dans l'attente et l'émotion.
Les rebondissements ne manquent pas. Jusqu'à la dernière minute. Ça vient de là où l'on s'y attend le moins. Et pour notre plus grand plaisir, ça nous surprend toujours.

Mêlant le passé et le présent de façon magistrale Lucinda Riley nous fait réellement vibrer. L'écriture est tout ce qu'il y a de plus doux, de plus explicite et de plus appropriée avec l'atmosphère que mérite ce roman. Il se dégage une telle honnêteté...

J'ai été littéralement transportée dans leur univers. J'ai totalement adhéré à cette saga familiale envoûtante à souhait. Pas de longueurs, pas de colmatages inutiles. Tout dans la simplicité, la finesse et la profondeur.

Au vu des frissons qui ont accompagné la fermeture de mon livre, c'est un véritable coup de coeur ! À lire d'urgence je vous prie !
 
Prochaine lectureToi, Zoran Drvenkar

Dimanche 8 octobre 2017 [17:49]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/9782809816891G220x345.jpg








Titre
: L'île aux mille couleurs
Auteur: Tamara McKinley
Genre: Contemporain









Quatrième de couverture: Angleterre, 1920. Loulou Pearson, jeune sculptrice originaire de Tasmanie, partage sa vie entre la propriété du Sussex de sa grand-tante Clarice – sa protectrice – et son atelier londonien. Un avenir en or lui semble promis. Ne prépare-t-elle pas une exposition dans une galerie en vue ?
C’est alors qu’un événement vient bouleverser sa vie. Loulou apprend qu’un mystérieux donateur lui a légué un cheval de course. La surprise passée, elle décide d’embarquer pour sa Tasmanie natale, cette île aux mille couleurs, afin de prendre possession de son héritage.
Mais ce retour aux sources annonce des retrouvailles houleuses avec une mère qui l’a autrefois rejetée. Et puis, des secrets de famille pourraient bientôt refaire surface. L’occasion pour Loulou de savoir, enfin, qui elle est vraiment ?
 
Mon avis: Je suis contente de ne pas avoir acheté ce livre. En ebook ça suffisait largement. 

Loulou vit avec Clarice, sa grand-tante qui l'a aussi élevée. Très protectrice, Clarice voit d'un mauvais oeil le départ de Loulou en Tasmanie qui vient de recevoir un cheval de course en héritage. Car elle sait que bientôt, les secrets du passé vont être déterrés... 

Je m'attendais à autre chose. Sûrement plus de secrets et moins de paysage. Pour le coup, on en prend plein la vue. La Tasmanie, les chevaux, ça éclabousse tel un arc-en-ciel. On sent que l'auteure est attachée à ses terres. Mais du coup, c'est lent... J'ai réussi à m'accommoder jusqu'à ce que ça devienne vraiment trop long. Un peu ça va mais trop c'est trop. J'avais vraiment envie d'avancer.
Mais le fond est retardé par toutes ces descriptions, aussi belles soient elles, mais ça manquait de tonus.
J'ai eu pitié de Loulou qui a été rejetée dès sa naissance par une mère exécrable. Le but de ce retour aux sources était d'obtenir des réponses à tout ce manque affectif. Même si elle a trouvé réparation en la personne de Clarice. En recherche constante d'identité, elle veut savoir d'où elle vient.
Je n'ai pas tellement accroché à cette histoire de fond qui traîne en longueur et est malheureusement trop pauvre en rebondissements..

Je suis contente de l'avoir lu pour la curiosité et la découverte mais il restera pas dans les annales. Je retenterai un autre livre de cette auteure mais pas tout de suite.
 
Prochaine lectureLa maison de l'orchidée, Lucinda Riley

Samedi 30 septembre 2017 [15:19]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/819ce38BA1L.jpg








Titre
: Appelez la sage-femme
Auteur: Jennifer Worth
Genre: Témoignage









Quatrième de couverture: Londres, années 1950. Jeune infirmière, Jennifer Worth décide de parfaire sa formation de sage-femme et rejoint les sœurs d’un couvent anglican, Nonnatus House, situé dans les docks de l’East End. À 22 ans, elle s'apprête à vivre l'expérience de sa vie dans cette maternité qui vient en aide aux plus pauvres. Récit de cet apprentissage, de sa rencontre avec les sœurs, alors qu’elle-même ne croit pas en Dieu, mais aussi tableau des quartiers déshérités du Londres d’après-guerre, son témoignage est à la fois bouleversant et empreint d’optimisme.
 
Mon avis: Ce livre m'a été offert par ma meilleure amie Claire. Parce que c'était mon anniversaire et qu'elle connait ma passion sur le sujet.

Ce livre est une autobiographie. Il s'agit du témoignage d'une sage-femme ayant exercé dans les années 50 à Londres dans le quartier des docks. Ecrit comme un roman, il nous plonge au coeur de son exercice. Périlleux parce qu'à peine encadré. Tantôt émouvant, tantôt stressant mais avec cette sensibilité et cette bienveillance sans failles.

On passe d'une femme à l'autre, d'un foyer à l'autre, d'un contexte et d'une maternité à l'autre. Tous différents et uniques. Nous partons à la rencontre de ces femmes qui ont su me toucher en plein coeur. Par leur détresse, leurs émotions, leur tendresse, leurs premiers pas incertains en tant que mère. Je me suis attachée à elles et à leurs histoires bien que racontées de manière brève mais pour autant efficace.
Jennifer Worth nous fait pénétrer dans cette intimité qu'est l'un des plus important moment de la vie d'une femme. Tout est décuplé. J'ai ressenti des émotions très fortes à la lecture, enfouies en moi.

On voit bien cet écart entre l'accouchement du monde moderne et celui des années 50.
Le rapport à l'enfant, à la maternité et les techniques sont diamétralement opposés bien que ceci ait eu lieu il n'y a "que" 70 ans. Alors que la mort d'une mère en couche ou d'un nouveau né est inconcevable, c'était chose courante à l'époque.
L'accouchement se fait principalement à domicile. La plupart des visites prénatales et postnatales se font également à domicile. Il existe des visites spéciales pour déterminer si la maison est convenable pour accueillir un accouchement. Sans quoi l'inscription à l'hôpital est requise.

C'est un des livres qui restera gravé dans ma mémoire un bon moment et que je suis fière d'accueillir dans ma bibliothèque. Plus qu'un témoignage sur le métier de sage-femme, il nous livre les secrets de la grossesse et de tout ce qu'elle représente.

Ce récit a inspiré la série Call the midwife que j'aimerais vraiment pouvoir visionner un jour.
 
Prochaine lectureL'île aux mille couleurs, Tamara McKinley

Lundi 25 septembre 2017 [11:01]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/81mBoWGe5wL.jpg








Titre
: La loi du silence
Auteur: Anita Terpstra
Genre: Thriller









Quatrième de couverture: Alma Meester, son mari Linc et leurs enfants Iris et Sander semblent être une famille heureuse. Tout bascule lorsque Sander, âgé de onze ans, disparaît avec un petit camarade lors d’une colonie de vacances. Le corps de ce dernier est retrouvé, mais Sander, lui, semble s’être évaporé dans la nature.
Cinq ans plus tard, un jeune homme se signale à un poste de police en Allemagne. Il affirme être Sander, le garçon disparu des années plus tôt. Fous de joie, Alma et Linc peuvent à nouveau serrer leur fils dans leurs bras. Pourtant les retrouvailles sont loin d’être parfaites, et la famille commence à douter. Sander est-il vraiment celui qu’il prétend être ? Lui qui a toujours été un garçon étrange, au comportement parfois malsain, n’est plus tout à fait le même... Pour le savoir, ils devront se replonger dans un passé qu’ils préféreraient oublier. Qu’est-il réellement arrivé pendant la colonie de vacances ?
 
Mon avis: Ce livre a été lu dans le cadre du "Défi des 4 AS". En LC avec Antreguillemets et Elizewyn.

Alma, Linc et leurs deux enfants, Sander et Iris, forment une famille parfaite. Jusqu'à ce drame d'un soir où Sander et son ami Maarten disparaissent. Le corps sans vie de ce dernier est retrouvé mais Sander reste introuvable.
Cinq ans plus tard, un homme se présente et assure être Sander. La vie des Meester peut enfin reprendre là où elle s'était arrêtée. Mais quelques incohérences viennent remettre en question la certitude sur l'identité du jeune homme. Que s'est-il réellement passé il y a cinq ans ?

Soyons honnête, j'ai passé un bon moment de lecture mais ce n'est pas LE thriller de l'année. C'est un livre qu'on lit pour lire. Tranquillement.
Il ne se passe pas grand chose dans la première partie du livre. La mise en place est assez longue. On nous livre l'évolution de l'organisation familiale après le drame. Puis on se dit que les choses sont trop belles, trop simples pour être aussi faciles. Alors on se met à psychoter. L'hypothèse que Sander ne soit pas celui qu'il prétend être semble la plus crédible. Mais si tel est le cas, qu'est-il arrivé au vrai ? Et pourquoi cette farce ?

Alors on attend la fin. Gentiment. Sans trop de suspens insoutenable, sans frissons incontrôlables, sans grande torture de l'esprit. Et puis ça arrive. On l'accueille comme il se doit. Comme la fin d'un drame, la révélation.

J'ai bien aimé. Là n'est pas la question mais il rentre dans la catégorie des appréciés du moment et bientôt oubliés...
Je vous conseille ce livre si vous voulez un thriller sans prise de tête, si vous n'avez rien de plus palpitant à lire et histoire de passer deux ou trois jours de lecture pépère.
 
Prochaine lectureAppelez la sage-femme, Jennifer Worth
Créer un podcast