"La lecture est une amitié" - Marcel Proust

Mercredi 18 avril 2018 [22:23]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/marion13anspourtoujoursdenorafraisse1010479770L.jpg








Titre
: Marion, 13 ans pour toujours
Auteur: Nora Fraisse
Genre: Drame / Témoignage








Quatrième de couverture: "Marion, ma fille, le 13  février 2013, tu t’es suicidée à 13 ans, en te pendant à un foulard, dans ta chambre. Sous ton lit en hauteur, on a trouvé ton téléphone portable, attaché au bout d’un fil, pendu lui aussi pour couper symboliquement la parole à ceux qui, au collège, te torturaient à coups d’insultes et de menaces. J’écris ce livre pour te rendre hommage, pour dire ma nostalgie d’un futur que tu ne partageras pas avec moi, avec nous. J’écris ce livre pour que chacun tire les leçons de ta mort. Pour que les parents évitent à leurs enfants de devenir des victimes, comme toi, ou des bourreaux, comme ceux qui t’ont fait perdre pied. Pour que les administrations scolaires s’évertuent à la vigilance, à l’écoute et à la bienveillance à l’égard des enfants en souffrance. J’écris ce livre pour qu’on prenne au sérieux le phénomène du harcèlement scolaire. J’écris ce livre pour que plus jamais un enfant n’ait envie de pendre son téléphone, ni de suspendre à jamais sa vie.
N.  F."
 
Mon avis: J'ai voulu lire ce livre par "curiosité". Je voulais savoir ce qui y était écrit. Et ce qu'il s'était passé...

Ce livre est le témoignage d'une mère qui a découvert sa fille pendue à son lit, parce que cette dernière était victime d'harcèlement au collège et qu'elle n'a pas su le voir.
Difficile de juger et de prendre parti mais ce livre est très dur. Et même si je ne suis pas mère, on imagine.

Nora Fraisse, la mère de Marion nous raconte le drame, l'enquête et la découverte au fur et à mesure de cette vie terrible et cachée que sa fille menait. Puis elle raconte l'après, la tentative de reconstruction. Comment peut-on survivre à ça ?

On lit toute la détresse d'une mère qui culpabilise de n'avoir pas vu le calvaire de sa fille. Forcément, elle passe par toutes les émotions, elle ne sait plus qui croire. Elle a la haine. Surtout envers ceux qui savaient et auraient dû agir avant. Elle nous raconte ce qu'elle a du surmonter en plus de la perte de son enfant. L'indifférence, les mensonges, les rumeurs, les calomnies, le regard des autres, les portes qui se ferment... 
Elle dénonce l'Education Nationale et ses protagonistes. Ceux qui sont censés protéger. Ceux qui sont censés sanctionner. Ceux qui n'ont rien fait pour l'aider.

Les premières pages m'ont transpercé le coeur. Et elle écrit avec force et courage. Oui, elle a laissé sa fille de 13 ans seule quelques heures parce qu'elle était malade. Oui, elle a laissé ses enfants seuls dans la voiture le moteur en marche quelques minutes. Non, elle n'a rien vu.
Mais qui sont les vrais coupables ?

Je n'ai pas vu le téléfilm qui a été diffusé sur France 3 et je le regrette. J'espère vraiment avoir l'occasion un jour de pouvoir le voir.
Pour que plus aucun enfant ni parent n'ait à subir ça.
 
Prochaine lectureLe palais de glace, Tarjei Vesaas

Mardi 17 avril 2018 [12:21]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/51GSWBiX6BL.jpg









Titre
: J'ai douze ans... et je vis enfermé dans la soupente
Auteur: Inès de Kertanguy
Genre: Drame / Témoignage








Quatrième de couverture
: Comment survivre lorsqu'on est enfermé à double tour par sa propre mère et son beau-père dans une soupente ?
 
Mon avis: J'avais abandonné l'idée de lire ce livre parce qu'il n'était plus édité et je l'ai trouvé par hasard en numérique...

Ce livre, c'est l'histoire d'un petit garçon de 12 ans, racontée par lui même. Rejeté par sa mère depuis sa naissance, l'arrivée de son beau-père va être pour lui le début de l'enfermement. Coups, privation, abandon, ... tel va devenir son quotidien. Il ne peut compter que sur lui même pour survivre face à des adultes tortionnaires et sans coeur.

Il vit dans un monde qu'il se construit lui même. Avec ce qu'il a sous la main. On ne peut être que touché par les paroles de ce gamin naïf et qui malgré tout garde l'espoir et l'amour de la vie. Il sait se contenter de peu. 
Pour son âge il analyse bien les choses, peut être un peu trop parfois ?
J'ai eu énormément d'empathie pour ce gosse sensible. J'ai eu envie de le rassurer, le prendre dans mes bras. Personne ne devrait vivre ça. Personne.
On sent toute sa culpabilité d'exister et c'est ça le plus terrible. 
 
"Je pense que ma mère est mon enfer et que moi, je suis l’enfer de ma mère."
 
Prochaine lecture: Célibataire longue durée, Véronique Poulain

Lundi 26 mars 2018 [23:20]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/711oXM8ufsL.jpg








Titre
: Entre Ciel et Lou
Auteur: Lorraine Fouchet
Genre: Drame









Quatrième de couverture: Bretagne. Jo prévoit de profiter d’une joyeuse retraite sur l’île de Groix. Mais la deuxième vie qu’il imaginait au côté de sa bien-aimée, il devra l’inventer seul. Son épouse est partie avant lui, en lui lançant un ultime défi : celui d’insuffler le bonheur dans le cœur de leurs enfants. Il n’a d’autre choix que d’honorer Lou, sa mémoire et ses vœux. Entre un fils sur la défensive et une fille cabossée par l’amour, la mission s’avère difficile mais réserve son lot d’heureuses surprises – car il n’est jamais trop tard pour renouer. En famille, on rit, on pleure, on s’engueule et, surtout, on s’aime !
 
Mon avis: Je suis entrée dans ce livre à pas lents, comme on entre dans une histoire cassée, à réparer...

Lou vient de mourir. Alors que Jo, son mari, rêvait d'une retraire paisible avec l'amour de sa vie, Lou lui a laissé une ultime mission: Renouer avec ses enfants et les rendre heureux. 

C'est le genre d'histoire où on entre en frappant à la porte, parce qu'on sent la brisure, la cassure, au coeur de cette famille déchirée. Lou veillait sur tout, elle protégeait ses petits comme une mère poule. Elle laisse ensuite le soin à son mari, ce père effacé, d'aider leurs enfants, pour le meilleur et pour le pire.
On sent toutes les blessures, les rancoeurs et les tensions au sein de cette famille déchirée. Jo, aussi maladroit que plein de bonne volonté va s'atteler à la tâche. Et lui aussi va se sentir grandir.

J'ai trouvé cette histoire touchante et ses personnages tout autant. Les liens qui les unit ne sont pas innés ni évidents. Parce qu'on ne choisit pas sa famille, les tourments les poussent à des sentiments mauvais, erronés. Mais c'est sans compter sur la finesse de Jo. Sans jamais oublier Lou, ils s'adressent à elle comme un soutien, pour la mémoire de cette femme qu'on croit au grand coeur.
J'ai particulièrement apprécié Pomme qui a la vie dure malgré sa gentillesse et sa générosité.

Une histoire de famille tout en émotions qui tend vers la réparation et le pardon. Où chacun fait son mea culpa pour apaiser les coeurs...
 
Prochaine lectureNe pars pas sans moi, Gilly Macmillan

Lundi 12 mars 2018 [21:27]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/51GUzgYEogL.jpg




Titre
: Les lettres de Rose
Auteur: Clarisse Sabard
Genre: Drame









Quatrième de couverture: Lola a été adoptée à l'âge de trois mois. Près de trente ans plus tard, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire. Sa vie va basculer lorsqu'elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange héritage : une maison et son histoire dans le petit village d'Aubéry, à travers des lettres et des objets lui apprenant ses origines. Mais tous les habitants ne voient pas d'un bon oeil cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu'elle ne le voudrait...
 
Mon avis: Première LC avec ma copine Nanou et nous n'aurions pas pu commencer mieux que par ... un coup de coeur !

Lola est le préquel de ce roman. Certains diront qu'il est préférable de ne pas le lire avant mais moi je suis tellement sur une autre planète que ça n'a eu aucun impact sur ma lecture.
En démarrant cette lecture, j'étais à mille lieux de m'imaginer ce qui m'attendait. J'ai tout simplement été bouleversée, transportée et je garderai un très grand souvenir de ce moment.

Lola a été adoptée à l'âge de trois mois. Elle l'a su dès qu'elle a été en âge de le comprendre. A l'aube de ses trente ans, Rose, sa grand-mère décède et lui lègue sa maison et avec elle toute son histoire. C'est une véritable chasse au trésor qu'elle lui a réservé et Lola n'est pas au bout de ses surprises...

Comment parler à chaud de cette lecture qui m'a totalement retournée ?
La plume de l'auteure est enivrante. Ses mots nous bercent, nous enveloppent et leurs justesses ne laissent aucune place au doute sur notre ressenti. Ils viennent pointer avec rigueur et exactitude toutes nos émotions. Les tournures de phrases sont aussi insolentes que frappantes d'efficacité.

Nous alternons entre passé, au travers des carnets laissés par Rose pour Lola et présent. Quelques passages sont venus contredire l'euphorie et l'excitation de cette quête de vérité de par leurs longueurs mais ils ont largement hérité de leur justification. Clarisse Sabard prend le temps de poser le décor, de dépeindre l'ambiance et de dessiner les contours de cette histoire de famille devenue dramatique au fil des pages...
On s'imprègne, on vibre, on s'imagine, on tremble. On entre dans l'intimité et les méandres de cette famille, ravagée par les actes égoïstes et naïfs de certains de ses membres. Et dont chaque décision aura des conséquences sur les générations à venir. On fait des plans sur la comète et on attend le clou du spectacle.

Les personnages sont attachants. Mon ressenti et mes émotions à leur égard ont changé au cours de l'histoire. Ils ont vécu des drames, souvent engendrés par les actes des uns et des autres. Et si...
J'avais hâte de savoir comment tout ça allait bien pouvoir se terminer et en même temps, j'aurais voulu que cela dure encore et encore.
Jusqu'à la dernière page l'auteure nous réserve des bombes. J'étais loin, très loin de me douter de tout ce qui allait se jouer sous mes yeux.

Ce roman est une véritable pépite. Il va bien au delà de toutes mes attentes et mes espérances. De cette quête de vérité, de ce désir de connaître son histoire, Lola va nous faire basculer dans l'impensable, l'inimaginable. L'inenvisageable. Cette histoire de famille, aux allures de tragédie, aura eu raison de la fragilité de mon petit coeur...
 
Prochaine lecture: Ma vie cachée, Becca Fitzpatrick

Mardi 13 février 2018 [11:57]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/41sJpMyZx2L.jpg









Titre
: Folie d'une femme séduite 
Auteur: Susan Fromberg Schaeffer
Genre: Drame / Historique









Quatrième de couverture: Vermont, fin du XIXe siècle. Agnès Dempster est une jeune femme incroyablement belle, dotée d'une personnalité fortement complexe, mal aimée par une mère qui lui préfère sa sœur aînée disparue, choyée par une grand-mère fantasque partie trop vite. Lorsqu'elle rencontre Frank, elle se donne à lui, corps et âme, sans concession. C'est le début de sa lente descente dans la passion, dans la folie amoureuse. Jusqu'à la chute.
 
Mon avis: Cela faisait un moment que je voulais lire ce petit pavé de plus de 1 000 pages. Profitant d'un temps propice à la lecture immersive de ce roman, je m'y suis attaquée. Quelle lecture !

Ce roman est inspiré de fait réel. Nous sommes fin des années 1 800. Agnès Dempster grandit dans un contexte difficile auprès de sa famille. À l'âge de 16 ans, elle fait la rencontre de Franck Holt dont elle tombe éperdument amoureuse. Jusqu'à en perdre la raison. Jusqu'à la folie.

L'histoire est divisée en plusieurs parties. L'avant rencontre, la rencontre, la descente aux enfers et l'après. Je ne peux pas vous en dire plus sans spoiler mais elle est écrite par Agnès en personne sous forme de lettre à Margaret, une amie très chère.
On en oublierait presque par qui est raconté l'histoire. C'est parfois déroutant parce qu'Agnès nous relate des faits authentiques qui ont eu lieu avant sa naissance. Le lecteur est quelque peu influencé par le point de vue d'Agnès mais cette dernière tente de rester le plus objective possible.

Elle nous décrit sa vie, sa famille, son mode de vie et on se rend compte dans un premier temps qu'elle a grandit dans un environnement difficile. Mal aimée donc malmenée, il lui est difficile de se construire une identité saine. Puis vient sa rencontre avec Franck, qu'elle nous décrit de manière objective et inconditionnelle. Jusqu'au jour où elle perd pied. Pour moi, il n'y a pas vraiment eu de rupture, tout s'est installé de manière sournoise, progressive avec les bases fragiles qu'on lui a connu. Des événements marquants dans sa relation sont venus l'affaiblir petit à petit jusqu'au trop plein. 

Le thème de l'amour et la folie ne sont pas traités de manière conventionnelle. Il y a de la manipulation et des circonstances aggravantes. Rien n'est arrivé au hasard. On ne tombe pas dans le côté hystérie comme on pourrait le croire. C'est impressionnant de voir dans quel état peut se mettre l'être humain jusqu'à s'auto-détruire. Sans capacité de pouvoir se raisonner et rebondir pour se sauver.

Vers la fin du roman, le lecteur se met à douter. On se demande si c'est nous qui ne sommes pas fou. J'ai été totalement happée, je me suis laissée bercer par l'histoire et la personnalité complexe d'Agnès. Celle de Franck est tout aussi absurde. Manipulateur invétéré, il a largement sa part de responsabilité dans tout le processus de dégradation d'Agnès.

Ce roman est apparemment reconnu comme livre culte de la littérature féministe. Il est très intéressant et complet du point de vue psychologique et de voir comment le thème de la folie est traité et perçu à la fin des années 1 800. Et le titre du livre prend tout son sens.

Après cinq jours de lecture en immersion totale, je me pose encore cette question principale: Agnès Dempster, victime ou coupable de l'Amour ... ?
Je vous laisse juger par vous même...
 
Prochaine lectureUne vie si convenable, Ruth Rendell
Créer un podcast