"La lecture est une amitié" - Marcel Proust

Samedi 24 juin 2017 [19:39]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/retoursouslesremparts.jpg







Titre
: Retour sous les remparts
Auteur: Michèle Foulain
Genre: Drame/Romance










Quatrième de couverture: Cette histoire est celle de Soizic, fille de Victor et de Gaëlle et petite-fille de Léopoldine. Après une enfance protégée par le cocon familial, Soizic rencontre Marco, italien en vacances à Saint-Malo. Cette relation conduit la jeune fille à quitter la Cité corsaire et à couper les ponts avec sa famille. Elle monte à Paris mais ne tardera pas à le regretter, et, devant l'adversité, elle fera comme sa grand-mère avant elle, relever la tête et affronter les épreuves. Le décès de Léopoldine la ramène à Saint-Malo où elle renouera avec les siens. Et montrera à tous qu'elle est digne de l'héritage de son aïeule.
 
Mon avis: Mon grand-père a trouvé ce livre sur un banc parisien. Et c'est tout naturellement qu'il me l'a offert.
L'histoire se déroule à Saint-Malo, juste à côté de chez moi.

J'ai lu ce livre en deux soirs. Et quelle belle lecture. Je dis belle parce qu'elle était pleine de douceur, d'amour, de sensibilité et de pudeur et que je me suis laissée envelopper dans ce cocon comme dans du coton. L'écriture est fluide, on se laisse emporter par la délicatesse du moment.
Soizic vient de perdre sa grand-mère, Léopoldine. Qu'elle n'a pas vu depuis des années suite à une rupture familiale pour ce qu'elle croyait être le grand amour. Oui mais voilà, après avoir quitté sa famille, Marco la quitte brutalement. Avec sa fierté, impossible pour Soizic de retourner vers les siens. Mais le décès de Léopoldine va les rapprocher.

Peu à peu, l'histoire se dessine, se dévoile sous nos yeux. On apprend les galères, les souffrances et la solitude. On apprend tout ce qu'a vécu Soizic après avoir quitté Saint-Malo. Et puis on assiste ensuite à sa renaissance, les retrouvailles, un peu tard à regrets mais mieux vaut tard que jamais dit-on. Parce que la roue tourne. Et même si on ne peut rattraper tout le temps perdu, le bonheur n'est pas loin.
Les personnages m'ont beaucoup touchée. J'ai eu beaucoup de compassion pour eux. Surtout pour Soizic qui a eu une vie particulièrement difficile. Et c'est tout naturellement qu'on lui souhaite le bonheur qu'elle mérite tant.

Seul petit bémol, la vitesse des sentiments. Mais le livre ne fait que 200 pages alors il faut faire vite et bien.

C'est un beau roman, plein d'espoir et de vie.
Merci à mon grand-père, pour son attention. Et de cette belle lecture qui en découle ♥
 
Prochaine lectureUn très grand amour, Franz-Olivier Giesbert

Mardi 23 mai 2017 [12:20]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/41zaWSV3GRLSX303BO1204203200.jpg







Titre
: L'enfant au bout de la plage
Auteur: Linda Olsson
Genre: Drame








Quatrième de couverture: Marion Flint, la cinquantaine, vit seule sur une côte sauvage de Nouvelle-Zélande. Un matin, alors qu'elle se promène sur la plage pour y ramasser le bois flotté qui servira à ses sculptures, elle découvre un garçon de 6 ans. 
Ika et Marion vont d'abord apprendre à s'apprivoiser, avant que naisse, entre cet enfant à part et cette femme meurtrie, une singulière histoire d'amitié. Au cours de ce cheminement, Marion va se remémorer son passé – avant que la vie ne la brise, quand elle s'appelait Marianne et habitait en Suède – et tenter, enfin, de se réinventer... 
 
Mon avis: J'avais trouvé ce livre par hasard alors je me le suis pris. Et c'est Mana, ma binômette de mon challenge "Pioche" qui s'est chargée de me le faire lire.

Marion vit seule sur une côté sauvage de la Nouvelle-Zélande. Chaque jeudi, Ika, un petit garçon espiègle vient lui rendre visite et ensemble, ils partagent de délicieux moments de complicité. Semaine après semaine, cette relation se développe et un véritable attachement voit le jour.

Je ressors perplexe de cette lecture qui avait tout pour me toucher. Malheureusement la magie n'a pas opérée et... c'est frustrant.

Marion nous raconte cette histoire d'amitié, avec Ika, petit garçon particulier, sorti de nulle part.
Parallèlement, elle nous raconte Marianne, celle qu'elle a été avant d'être celle qu'elle est devenue aujourd'hui.

Bien que sujet sensible que cette rétrospective, l'écriture ne m'a pas touchée. Les mots ne m'ont pas pénétrée.
J'ai eu du mal aussi avec les allers-retours dans le temps. Surtout qu'il n'y a aucun lien chronologique entre eux. Malgré toutes les douleurs, la sensibilité de Marion, la souffrance d'Ika et les drames, je n'ai pas adhéré à cette quête d'identité, cette reconstruction.

Le récit est triste. Il est fait de bouleversements, de drames et laisse peu de place à l'espoir, à la vie. J'aurais voulu apercevoir la lumière. Sans en faire un récit pathétique, il reste dur.

La fin s'adoucit un peu. J'ai quand même été poussée par la curiosité de savoir comment tout cela allait se terminer...
 
Prochaine lectureTu me plais, Jacques Expert

Jeudi 30 mars 2017 [12:51]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/71gjjWDBeL.jpg








Titre
: L'éducation d'une fée
Auteur: Didier Van Cauwelaert
Genre: Drame









Quatrième de couverture: Que faire lorsque la femme de votre vie décide de vous quitter parce qu'elle vous aime ? Comment sauver le couple de ses parents quand on a huit ans ? Une fille à la dérive peut-elle devenir une fée parce qu'un petit garçon a décidé de croire en elle ?
 
Mon avis: Le journal intime d'un arbre du même auteur m'avait complètement déçue. Ne voulant pas rester sur un échec et ce titre m'attirant, je me suis dit "Pourquoi pas ?" et j'ai bien fait !

Tous les personnages présentés dans la quatrième sont en fait ceux d'une seule et même histoire. Celle de Nicolas qui tombe amoureux d'Ingrid et de son fils, Raoul. Et puis la vie s'écoule, l'amour s'essouffle et Ingrid quitte Nicolas...

Ce livre m'a énormément touchée. Raconté de manière pudique par un Nicolas bouleversé mais imperturbable tant sa combativité gagne à toute épreuve, il touche des sujets sensibles et complexes que soulève l'amour.
Cette histoire d'amour m'a surprise et émue. Les quatre personnages principaux qui la composent sont fabuleux. À la fois tendres et émouvants chacun à leur hauteur, ils laissent un goût d'espoir là où le fond n'est que déchirement, séparation et sacrifice.
Et parce que cette histoire est triste, ce soupçon de magie initié par les yeux de l'enfant apporte avec lui cet optimisme qu'on occulte avec nos yeux d'adulte.

Un livre plein d'étoiles, bouleversant qui m'a agréablement surprise et me laissera un doux souvenir pendant longtemps...
 
Prochaine lecture: Miss Peregrine, T2, Ransom Riggs

Vendredi 20 janvier 2017 [22:43]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/875091.jpg








Titre
: La mémoire des embruns
Auteur: Karen Viggers
Genre: Drame










Quatrième de couverture: Mary est âgée, sa santé se dégrade. Elle décide de passer ses derniers jours à Bruny, île de Tasmanie balayée par les vents où elle a vécu ses plus belles années auprès de son mari, le gardien du phare. Les retrouvailles avec la terre aimée prennent des allures de pèlerinage. Entre souvenirs et regrets, Mary retourne sur les lieux de son ancienne vie pour tenter de réparer ses erreurs. Entourée de Tom, le seul de ses enfants à comprendre sa démarche, un homme solitaire depuis son retour d'Antarctique et le divorce qui l'a détruit, elle veut trouver la paix avant de mourir. Mais le secret qui l'a hantée durant des décennies menace d'être révélé et de mettre en péril son fragile équilibre.
Une femme au crépuscule de sa vie, un homme incapable de savourer pleinement la sienne, une émouvante histoire d'amour, de perte et de non-dits sur fond de nature sauvage et mystérieuse.
 
Mon avis: Ce livre a été ajouté à ma wish parce qu'il m'avait l'air si beau ... Et puis c'est ma coupine Claire qui l'a tiré au sort pour mon challenge pioche alors c'est parti !

Au commencement, une lettre mystérieuse d'un homme, donnée à une femme, Mary. Dès la fin du chapitre notre imagination nous révèle son contenu mais très vite, on l'oublie. Parce que La mémoire des embruns est à lire pour ses personnages. On entre dans leurs vies intimes. Principalement celles de Mary et de son fils, Tom. Et on s'y attache, on les aime. C'est le genre de livres qu'on lit presque que pour les personnages.
On fait leur introspection. Et on les voit vivre, grandir. C'est eux qu'on suit. Sans réel histoire de fond. Juste eux.
Certains sont encore vivants, d'autres ne sont plus là. Certains sont au premier plan, d'autres un peu plus lointain mais tous ont leur place. 
Les personnages sont rarement aussi approfondis dans un livre, aussi creusés. Et j'ai apprécié ce travail, cet approfondissement. 
Et même si j'ai fini par ne pas le lire comme un roman classique, avec une trame, j'ai accepté de me rapprocher d'eux et de les suivre dans leurs vies privées.

Et tout ceci dans un décor à couper le souffle. On ressent le vent, on voit ces opossums. Et on s'y croirait, sur cette île, en haut de ce phare.

J'ai adoré cette application. Prendre le temps de décrire un décor, de créer ses personnages. Je me suis sentie si proche d'eux. Tom m'a agacé, dans ses choix et sa façon de voir les choses. Mais peut être me ressemble-t-il trop ?
Mary m'a émue. Cette mère sensible et touchée dans son intégrité de femme.

C'est un livre touchant, où tous les sentiments se mêlent pour donner une saveur unique à son contenu.
 
Prochaine lectureLa fille du train, Paula Hawkins

Jeudi 13 octobre 2016 [19:54]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/71ReiU4wL.jpg











Titre
: La femme du Ve
Auteur: Douglas Kennedy
Genre: Drame






Quatrième de couverture: Derrière les lumières de la ville, là où le touriste ne s'aventure jamais s'étend le Paris occulte. Les zones d'ombre sont partout. Les ennuis jamais loin.
Xe arrondissement. Dans cette rue sordide, qui n'a de Paradis que le nom, Harry Ricks a trouvé refuge. Chassé par sa femme, rejeté par sa fille, l'universitaire américain vit un exil bien amer. Seul point de lumière dans ce cauchemar éveillé : une femme. Une rencontre qui va le hanter...
 
Mon avis: Douglas Kennedy est un auteur relativement connu que j'avais envie de découvrir à l'occasion. Cet été j'ai reçu ce livre en cadeau par ma librairie alors c'était l'occasion.

Harry fuit les Etats Unis à cause d'une histoire sombre dont on apprendra la teneur un peu plus tard. Sa femme et sa fille l'ayant rejeté, pour se faire une nouvelle image, il n'a d'autre choix que de partir à Paris. C'est là qu'il tombe entre les mains de voyous et qu'il rencontre cette mystérieuse femme...

Dur dur de chroniquer ce livre sans en dire trop. Je me trouve totalement déconcertée après la lecture. J'ai bien aimé mais je m'attendais tellement pas à ça...
Harry tombe entre de mauvaises mains et sa relation avec cette femme est un arrière plan, un fil conducteur. Elle prend peu à peu une tournure inattendue et vraiment j'y croyais pas trop moi même.
On s'attend tellement à une histoire d'amour conventionnelle qu'on se laisse aller et puis finalement, on se fait avoir avec ce retournement de situation de la fin.
Harry est naïf. Père protecteur évincé, il est fragile. Il m'a touchée. Avant de se rendre compte que lui aussi c'était fait avoir. Mais je vous en dis pas plus !
Sa (ex) femme est quant à elle détestable, au plus haut point !
 
Ce n'est pas un chef d'oeuvre, il n'est pas plus addictif que ça mais il passe le temps. Surtout que je l'ai lu très en pointillé donc je n'étais peut être pas forcément "à fond". 
Mais ça reste une bonne lecture, surprenante et divertissante.
 
Prochaine lectureDemain j'arrête ! Gilles Legardinier
Créer un podcast