"La lecture est une amitié" - Marcel Proust

Lundi 23 avril 2018 [21:32]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/couv20475892.jpg









Titre
: Illusion tragique
Auteur: Gilda Piersanti
Genre: Thriller







Quatrième de couverture: En ce torride mois d'été romain, le petit Mario, dix ans, ne monte pas sur la terrasse de son immeuble pour y prendre l'air, mais pour épier son voisin du dernier étage, monsieur Ruper, un homme sans histoire qui vit seul et mène une vie rangée. Personne ne lui connaît la moindre relation, personne ne l'a jamais vu rentrer chez lui accompagné, et pourtant... Tous les soirs, Mario l'observe dans sa baignoire en train de coiffer et de savonner une très jolie jeune femme.
 
Mon avis: Ça donne envie n'est ce pas ? Bon, moi je ressors un peu mitigée parce que si le résumé a l'air complètement dingue, il nous présente en fait qu'une infime partie du livre.

L'histoire débute comme dit, avec ce petit garçon qui espionne ce voisin et qui voit cette femme... Et puis tout s'emballe jusqu'au drame. Ensuite on part sur une histoire parallèle sous forme d'aparté mais les deux se rejoignent et vont l'un dans l'autre.
Vous m'suivez ? Dur dur de vous en parler sans spoiler !

Mais sachez que le tout est un peu glauque et dérangeant... On a du mal à comprendre les choix de Mario. Mais ils sont justifiés de son point de vue d'enfant. 
Le livre est divisé en plusieurs parties donc on suit l'évolution des personnages. Pas de grandes actions ni de grands rebondissements à prévoir mais une ambiance de fond gênante.

Et puis la fin arrive et une surprise de plus.
Je dois avouer que je m'attendais à autre chose. Un thriller voyeuriste malsain mais il n'en est rien. Le principal du livre n'est pas là du tout et l'histoire commence après. Même si on reste dans une ambiance obscure, on va pas au fond de la noirceur humaine. C'était mignonnet mais j'ai connu mieux...
 
Prochaine lectureDix petits nègres, Agatha Christie

Jeudi 19 avril 2018 [21:49]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/91sFiXPLA0L.jpg









Titre
: Enfermés
Auteur: Marine Sheridan
Genre: Thriller









Quatrième de couverture: Ils sont jeunes, ne se connaissent pas et sont enfermés dans une maison isolée de tout sans aucune possibilité de fuite.
 
Qui les y a enfermés ?
Et surtout, pourquoi ?
 
Mon avis: Petit livre lu en un après-midi. C'était fort sympathique !

Ils sont dix, ils sont jeunes et ils sont surtout enfermés. Aucun d'eux ne se connaisse. Derrière les murs, on les observe et on leur donne des ordres. Et gare à ceux qui voudraient se rebeller. 

C'est un véritable huis clos de torture dans lequel on atterrit en même temps que Maëlys, celle de qui on sera la plus proche puisque le prologue se fait par son enfermement. Très vite ils se rendent compte qu'il y a des caméras et des micros. On les voit et on leur parle à travers une télé. Et de temps en temps, on leur donne des missions à accomplir. Et ils n'ont pas le choix que de s'exécuter. Certains ont essayé, de protester...
Alors forcément, on se met à psychoter. Y-a-t-il un complice ? Et puis il y a de quoi devenir fou... Alors entre amitié, amour et folie, la barrière est fine.

J'ai beaucoup aimé le principe. Et l'histoire en elle même. C'était plutôt bien mené. Pas extraordinaire non plus mais j'ai eu de quoi me faire mon film bien glauque. J'ai apprécié.
Par contre... que de vulgarité et de fautes d'orthographe... ! J'ai rarement vu ça. J'avais les yeux qui piquaient !

Mise à part ça, c'était assez court alors j'ai vraiment pu m'immerger et le lire d'une traite. Glaçant !
 
Prochaine lectureLa chambre des merveilles, Julien Sandrel

Samedi 14 avril 2018 [21:17]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/51tEeRwYmGL.jpg







Titre
: Après la fin, tome 2
Auteur: Barbara Abel
Genre: Thriller





/!\ Risque de spoil dès la quatrième /!\





Quatrième de couverture
: Une banlieue calme, aux maisons mitoyennes entourées de jardins bien entretenus.
Des voisins modèles : Tiphaine et Sylvain, couple soudé aux prises avec un ado un peu rebelle, Milo. C'est le cadre idéal dans lequel Nora, récemment divorcée, vient d'emménager avec ses deux enfants. Mais Nora ne sait pas encore que les anciens propriétaires de sa jolie maison se sont suicidés, qu'ils étaient les parents naturels de Milo, que Tiphaine vit dans une prison de mensonges et de culpabilité. Et dans l'ignorance, Nora donne sa confiance...
 
Mon avis: Je ne pouvais pas ne pas enchaîner avec le deuxième tome, c'était comme une évidence....

Dans ce deuxième tome, on reprend une partie des protagonistes du premier puisque l'autre est morte. On repart donc sur une nouvelle histoire mais pas si éloignée que ça de la première.
On démarre direct sur un prologue qui tease mais dont on se méfie. Quelques événements prévisibles parce qu'on connaît la chanson mais je n'ai pas boudé mon plaisir pour autant. On se demande encore jusqu'où ça va aller. On croit avoir touché le fond avec le premier mais on est pas au bout de nos surprises. Barbara Abel a de la ressource !

Une Tiphaine encore plus folle capable d'aller jusqu'à l'extrême. Des réactions qui mettent mal à l'aise. Des actes qui font froid dans le dos. Des personnages malsains à souhait. On vit dans les cachotteries et le mensonge. On est aux aguets.

Une fin à la Desesperate Housewives qui laisse quelque chose de noir, de dérangeant planer... 

Non vraiment, j'ai adoré mes derniers jours avec ces deux lectures que je recommande à tous les accrocs aux thrillers psychologiques bien sombres. Tout y est !
Je regrette de les avoir lu parce que je pourrai plus les découvrir :(
Une auteure à suivre !
 
Prochaine lectureJe vais bien, ne t'en fais pas, Olivier Adam

Jeudi 12 avril 2018 [19:42]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/51O4lS0kLiL.jpg








Titre
: Derrière la haine, Tome 1
Auteur: Barbara Abel
Genre: Thriller










Quatrième de couverture: D’un côté il y a Tiphaine et Sylvain, de l’autre il y a Laetitia et David.
Deux couples, voisins et amis, fusionnels et solidaires, partageant le bonheur d’avoir chacun un petit garçon du même âge.
Maxime et Milo grandissent ensemble, comme des jumeaux.
Jusqu’au drame.
Désormais, seule une haie sépare la culpabilité de la vengeance, la paranoïa de la haine…
 
Mon avis: Ce livre m'a été offert à Noël par ma copine De-pages-en-pages. Il était dans ma wish *_*
Première découverte de cette auteure que je ne suis pas prête de lâcher !

Deux maisons mitoyennes. Dans l'une, Laetitia, David et leur fils Milo. Dans l'autre, Tiphaine, Sylvain et leur fils Maxime. Le mur mitoyen est la seule chose qui les sépare, amis fusionnels, ils sont sans cesse les uns avec les autres. Jusqu'au drame. Celui qui va tout faire basculer et plonger dans la folie, jusqu'à l'enfer...

Autant le dire tout de suite, ce livre est un coup de coeur ! On commence direct avec le prologue qui annonce la couleur et qu'on retrouvera au milieu du livre. L'événement qui va tout faire basculer arrive assez tôt dans le livre, ce qui m'a surprise mais il le fallait car il laisse place ensuite à la descente aux enfers. Et on voit sans mal cette dégringolade. Depuis ce point de non retour qui a tout détruit et qui va avoir des répercussions pour les deux familles et mettre à mal leur amitié sans faille. 
Désormais, la vengeance et la haine sont les maîtres mots.

J'ai adoré la construction. Les sentiments des uns et des autres. Les choses malsaines qui s'immiscent petit à petit et qui détruisent TOUT. Impossible de revenir en arrière. On entre dans un engrenage dont il est impossible de se défaire. Et c'est de pire en pire. On sent cette tension palpable qui nous met très mal à l'aise.
Voir à quel point l'être humain est capable d'aller fait froid dans le dos. La fin m'a horrifiée. Mais qu'est ce que j'ai adoré !
Du glauque, du malsain, de la vengeance, du dérangeant, de la folie, de la paranoïa, bref.... Tout ce que je veux ! 

Et sans négociation possible, j'enchaîne direct sur le tome 2 !
 
Prochaine lectureAprès la fin, Tome 2, Barbara Abel

Mercredi 28 mars 2018 [15:23]

http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Chronique2/5107zWsuzPL.jpg








Titre
: Ne pars pas sans moi
Auteur: Gilly Macmillan
Genre: Thriller









Quatrième de couverture: Bristol, par un beau dimanche d'automne. 
Rachel et Ben, son petit garçon de 8 ans, se promènent en forêt. Débordant d'énergie, Ben demande à sa mère l'autorisation de courir quelques mètres devant. Rachel accepte sans se méfier. Au bout du chemin, l'angoisse la saisit : Ben a disparu. La police fait des recherches, mais en vain. L'affaire s'emballe et les médias s'en mêlent. Le rôle d'une mère n'est-il pas de protéger son enfant ? Rongée par le doute, assaillie par la violence de ceux qui la croient coupable, Rachel ne sais plus quoi faire. Attendre que les forces de l'ordre lui ramènent son fils ou suivre son instinct de mère et partir d'elle-même à sa recherche ? 
 
Mon avis: "Petit" thriller de 600 pages, lu en une journée de repos. De quoi être en immersion totale !

Une mère et son fils en balade puis une seconde d'inattention et c'est le drame. Ben disparaît derrière l'allée de la forêt. Alors que les médias croit la mère coupable, partagée entre la descente aux enfers et le courage de retrouver son fils, c'est la bataille de la vie qui s'engage.

J'ai lu ce livre à une vitesse vertigineuse, pourtant il ne se passe pas grand chose dans la première moitié. J'ai d'ailleurs légèrement paniqué parce que j'avais l'impression qu'on perdait un temps précieux à retrouver ce gosse en vie.
Mais l'auteure l'a joué fine. Elle met en place le scénario, elle dresse le portrait d'une mère désespérée et commence déjà à insinuer le doute en nous.
Qui a enlevé Ben et surtout, pourquoi ?

L'histoire dure sur 7 jours. 7 jours durant lesquels tout le monde est en apnée, hors d'haleine. Le temps nous est compté et chaque détail compte. Tout le monde devient suspect et l'alliance entre la famille et la police s'affine. On part sur plusieurs pistes, de quoi nous remettre sans cesse en question et nous détourner de la vraie cause.
J'ai eu de la compassion pour la mère, de la peur pour ce petit garçon que j'espérais sain et sauf.

Le récit est bien mené. Lorsque la fin arrive, on respire, on espère, on se demande pourquoi. J'avais hâte de savoir comment tout ça allait se terminer. Au moins pour pouvoir innocenter ou pas la famille.
C'est un bon thriller qui fait passer du bon temps.
 
Prochaine lectureL'hôtel des coeurs en miettes, Deborah Moggach
Créer un podcast